Ofenbauer/Wäscherinnen/Dans la vallée de Lohm/Rangierer


Ofenbauer
Après la censure de son premier film pour la DEFA (le Studio documentaire d’Etat de RDA), Jürgen Böttcher semble montrer le travail comme l’entendent et l’attendent les autorités. Un haut-fourneau de 2000 tonnes doit être déplacé 18 mètres plus loin :  concentration extrême, gestes précis d’hommes aux ordres. Si le film donna satisfaction, une caméra apparaît dans le champ à la fin du film, comme s’il s’agissait de signifier que l’on est face à une représentation – la fiction de la propagande ?

Wäscherinnen
Plongée dans le travail de jeunes blanchisseuses, un labeur pénible dans le bruit assourdissant et les vapeurs suffocantes. Wäscherinnen s'attache aussi à saisir un désir commun à toutes les jeunesses : danser, s'amuser, séduire. Le talent de portraitiste de Böttcher perce à tous les plans.

Dans la vallée de Lohm
Un été dans une carrière de la vallée de Lohm, notamment en compagnie d’amis sculpteurs du cinéaste, notamment Peter Makulies et Hartmut Bonk. Dans une atmosphère fraternelle et décontractée,  Im Lohmgrund explore la relation entre l’art et le quotidien, la création et le travail manuel, l’esprit et la matière, la relation des êtres avec leur environnement.

Rangierer
La chorégraphie des travailleurs de la gare de triage de Desde-Friedrichstadt à Berlin : gestion des flux, accrochage et décrochage les wagons, serrage des freins. Le noir et blanc composé par le chef opérateur Thomas Plenert dialogue avec les ambiances nocturnes, le brouillard et la neige. Un ballet entêtant, qui se teinte d’onirisme et de mélancolie.