Adieu Barbiana / Makarenko, ou la sanction éducative


Adieu Barbiana
Dans les années 1960, Don Lorenzo Milani, curé, transforme une paroisse en école pour les jeunes garçons de la région refusés aux examens de l’État. La classe au fur et à mesure de ses agrandissements devient une véritable communauté. 365 jours par an, 7 jours par semaine, 10 heures de classe par jour, les enfants de Barbiana, avec leur professeur, lisent les journaux quotidiens pour comprendre le monde extérieur, apprennent à lire, à parler, à nager. Lors du tournage, Bernard Kleindienst retrouve les élèves qui lui racontent cette aventure hors du commun et comment elle a fait d’eux des hommes accomplis.

Makarenko , ou la sanction éducative  :
En URSS, au cours de la Révolution, un pédagogue va créer des "colonies" de jeunes délinquants sous la forme de lieux de vie autogérés. À travers le cas d'un de ses élèves, Oujikav, le film évoque l'importance pour tout adolescent d'évoluer dans le cadre d'une collectivité. Un parallèle est fait avec l'Auto-Ecole à St-Denis, structure de l'éducation nationale qui accueille des élèves mis en dehors du système classique.