Carte blanche : Dans la chambre de Vanda, de Pedro Costa

Dans la chambre de Vanda
Prix des Bibliothèques au Cinéma du réel en 2001

À Fontainhas, les résidents assistent, impuissants, à la démolition du quartier cap-verdien de Lisbonne. Un an durant, le réalisateur portugais Pedro Costa a filmé, en caméra numérique, la vie de Vanda Duarte, une vendeuse ambulante de fruits et légumes, dans l'enfer de la drogue
 

"Dans Ossos (1997), Pedro Costa filmait les exclus du quartier de Fontainhas, aux portes de Lisbonne. Mis au ban de la communauté des hommes, les personnages flottaient dans d'interminables stases entretenues par la drogue, la faim et l'indigence. [...] Ici, la narration, le monde extérieur, et jusqu'à l'équipe du film ont disparu. Restent, face à face, Vanda Duarte, la jeune femme consumée d'Ossos, Pedro Costa, qui la filme avec une petite caméra numérique, et, hors champs, le fracas des pelleteuses qui, telle la mort au travail, effacent le quartier et ses habitants de la surface de la terre. Par-delà les rares visites qu'elle reçoit, ses conversations avec sa sœur, ses disputes avec sa mère, c'est le corps émacié et presque absent de Vanda, livré à chaque plan, dans un rituel obsessionnel à la mortelle emprise de la drogue, qui est la véritable matière de ce film. Matière dramatisée et magnifiée par le choix méticuleux des situations, le cadre, la lumière et la durée des plans, telle une icône des faubourgs." Jacques Mandelbaum