Façon Manga


Célébré par les frères Goncourt, admiré par les Impressionnistes, les Nabis et les jeunes artistes de l’Art nouveau, l’art japonais imprime sa marque sur l’Occident dès le milieu du 19ème siècle.
 
Un siècle et quelques années plus tard, ce pays qui continue de fasciner les artistes lance ses dessins animés sur l’Occident. En France, la vague Goldorak séduit instantanément les jeunes spectateurs et suscite une pluie de critiques dans les milieux de l’éducation. D’un coup, on ne parle plus en France que de robots, de pirates de l’espace et autres chevaliers du Zodiaque. Loin d’être une mode passagère, ce que l’on n’appelle pas encore le « manga » s’installe durablement dans les chambres des adolescents, qui plus tard joueront les otakus et viendront faire admirer leurs extravagants costumes à la Japan Expo.
De cet engouement sont nées des communautés d’intérêt pour l’anime, le manga, le mode de vie japonais.
Les animateurs occidentaux de la génération Albator trouvent leur inspiration au pays du soleil levant, tandis que les animateurs japonais sont très prisés par les musiciens occidentaux.

Cette séance propose de s'interroger sur les interactions entre art japonais et art occidental, à travers un ensemble de vidéo-clips réalisés par des occidentaux dans le style "manga/anime" et de vidéo-clips réalisés par des animateurs japonais pour des musiciens occidentaux.