Lectures de romans de Jean Echenoz


Sous la direction du comédien et metteur en scène Robin Renucci, les élèves de la promotion 2017 du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique (CNSAD)  viendront donner trois lectures des romans  Lac, Courir et Envoyée spéciale,  au cœur de l’espace d’exposition.
Ces lectures seront suivies d'une soirée de clôture le lundi 5 février 2018.
Mon cours au conservatoire se dénomme : "Dire et lire et la prose et le vers". J’ai choisi de sensibiliser mes élèves à la question des langages. C’est, en effet, le matériau premier de notre symbolicité. Je propose en ce sens un atelier hebdomadaire autour de la langue française en explorant les chantiers d’investigation que sont la syntaxe, la métrique, la phonétique, la symbolique... Détenir ces clefs permet pleinement d’éclairer toute phrase, sa construction et la pensée qu’elle sous-tend. Tout texte devient alors une partition que l’on peut déchiffrer, lire et dire en donnant à entendre la trajectoire de la pensée de l’auteur, parce que l’on saisit de l’intérieur, la façon dont elle est construite.
Qu’ils deviennent des goûteurs de la langue, dans une démarche d’adresse à l’autre et d’échange avec le public, en participant ainsi à la recherche d’un théâtre sans cesse en mouvement, vivant ; d’un théâtre d’aujourd’hui en désir de demain.

Dans son livre Le Jeu verbal, Michel Bernardy nomme avec justesse le processus de déchiffrage par l’acteur de la partition de l’auteur : «  Faute de sentir que la langue est à la fois proche et distante, les jeunes acteurs brûlent généralement l’étape verbale, comme supposée connue, pour passer au stade téméraire de l’interprétation. Les mots ne leur semblent exister que pour être mémorisés au plus vite. Ils les consomment sans tenir compte de leur substance, de leur énergie, de leur action réciproque. Ils méconnaissent le maniement des phrases pour n’avoir pas envisagé l’énoncé dans sa forme et dans sa vibration. Or, l’incarnation du verbe par l’acteur est une opération privée qui sert de préalable à toute représentation théâtrale. Elle suppose un accord parfait entre un texte écrit et la personnalité physique de l’interprète avant la moindre intervention du metteur en scène. Tant que l’écriture n’a pas trouvé sa respiration exacte, sa pulsation cardiaque, aucun rendez-vous ne peut être donné au personnage... »                 

Nous  travaillerons ce premier trimestre sur l'œuvre de Jean Echenoz. J'ai donc demandé à Evelyne Loew de construire un montage spécifique dans le cadre de cette passionnante exposition au Centre Pompidou.
Robin Renucci
Robin Renucci et les comédiens du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique ont ouvert quelques portes sur des chapitres de l’univers romanesque de Jean Echenoz. Ils vous y emmèneront en visite à l’occasion de lectures d’une demi-heure interprétées dans l’exposition.

Avec Courir, ce sera à la suite d’Emil Zatopek, sur les pistes de course et de marathon, et dans les méandres, non moins marathoniens, de l’histoire bouleversée de son pays : la Tchécoslovaquie.
Avec Lac, nous irons faire un tour dans le très sélect et très mystérieux hôtel Parc-Palace du Lac qui, bien que situé en proche banlieue de Paris, ne figure sur aucune carte.
Avec Envoyée spéciale , nous franchirons bien des frontières, passant des tréfonds de la Creuse à la Corée du Nord.
Les jeunes comédiens passeront du récit à l’incarnation d’une multitude de personnages, s’amuseront des trouvailles et des investigations de Jean Echenoz et donneront, avec des extraits de ces trois romans,  une idée de son style et de son humour.
​Evelyne Loew‌