Saycet en concert


Saycet, artisan secret de la pop électronique à la française, distille avec élégance depuis 10 ans, son electronica rêveuse.

Le projet du producteur parisien Pierre Lefeuvre, également sound designer pour le Centre Pompidou, rassemble à chacune de ses sorties un cortège de fidèles de plus en plus nombreux : à raison d’un album tous les 5 ans, qui se vit à chaque fois comme un voyage, la parution de Mirage, plus tôt cette année, est une excellente nouvelle pour les amateurs de cette musique en mouvement, entrelacs de cellules harmoniques minimalistes. « J’aime faire de la matière avec plusieurs instruments mais j’essaie de moins dénaturer les sources que je prends. »

Flottant quelque part entre pop abstraite, electronica baroque et techno lumineuse, en live la musique de Saycet se fait plus puissante, enrichie par le travail vidéo de Zita Cochet qui joue aussi sur des matières et des textures abstraites. Saycet refuse de nous livrer des « émotions pré-mâchées » : il creuse un tunnel féérique entre lui et nous. Il y fait rouler un train-fantôme, peuplé de créatures envoutantes et baigné d’une lumière éblouissante. Il nous tend des perches pour sortir de son labyrinthe, à nous de savoir les saisir. « Maintenant j’ai envie d’agripper les gens, peut-être même de force. » Nous voilà prévenus.