0   Commentaires
Brève

La dernière exposition du photographe Marc Riboud

Marc Riboud s'est éteint il y a quelques jours ; dans le même temps, s'ouvre à Perpignan au Festival "Visa pour l'image" une exposition de ses photographies réalisées en 1963 lors d'un reportage à Cuba. Retour sur sa dernière exposition. 
/files/live/sites/Balises/files/Images/Arts/cp_Marc_Riboud.jpg
Marc Riboud par Jean-Pierre NAUD [CC BY-SA 4.0)], via Wikipédia
Photo-reporter pour l'agence Magnum, Marc Riboud s'était fait connaître pour ses photographies d'actualité prises dans le monde entier : la Chine bien sûr, où il immortalise le quotidien de ses habitants dès l'époque maoïste jusqu'aux années 2000, mais pas uniquement. Riboud était aussi le photographe des indépendances : Algérie, Vietnam, Afrique sub-saharienne...
La poésie des photographies du "Photographe de l'instant", à l'image du cliché qui le rendit célèbre dans le monde : Le peintre de la Tour Eiffel (1955) représentant un ouvrier en équilibre sur la structure métallique, ou de la célèbre photographie La jeune fille à la fleur lors d'une manifestation devant le Pentagone en 1963, témoigne de son regard à la fois empli d'empathie et rêveur. 
L'exposition, présentée jusqu'au 11 septembre lors de la 28e édition du Festival "Visa pour l'image", dévoile les clichés du reportage qu'il réalisa à Cuba en novembre 1963 avec Jean Daniel pour le journal L'Express.
Quatre ans après la révolution cubaine, Riboud et Daniel rencontrent Fidel Castro, dans un hôtel de La Havane. "Jean Daniel venait d'être reçu à Washington par John F. Kennedy, qui l'avait chargé de passer quelques messages à Castro. Le lendemain, au cours d'un déjeuner avec Castro, le téléphone sonne : «Kennedy a été assassiné !»
Tous les ingrédients sont là pour un scoop. Les photographies font le tour du monde, puis sont peu à peu oubliées".
Cette exposition est aussi une rencontre avec le peuple cubain, rencontre avec ses habitants, capturés par l'œil de Riboud. Le témoignage saisissant d'une époque révolue. 
Captcha: