0   Commentaires
Article

Tania Mouraud au Centre Pompidou-Metz et aussi à la Bpi

L'exposition "Tania Mouraud, une rétrospective" se tient jusqu'au 5 octobre 2015 au Centre Pompidou-Metz. Une de ses œuvres est aussi visible à la Bpi.

 
/files/live/sites/Balises/files/Images/Arts/T_Mouraud_Wysiwyg-resize600x337.jpg
Wysiwyg, Tania Mouraud, 1989-2007 @ADAGP, photo R.D.



A l’entrée du niveau 3 de la bibliothèque, de grandes lignes verticales, noires et blanches attirent le regard : est-ce une décoration, un papier peint ?  En prenant le temps de s'arrêter sur ces lignes, on commence par discerner un grand S, à la forme étirée.
Cette suite de lettres est une œuvre de l’artiste Tania Mouraud, née à Paris en 1942. On peut y lire le mot ou plutôt l’acronyme Wysiwyg, en anglais "What you see is what you get" ou "ce que vous voyez est ce que vous obtenez”, un terme informatique qui désigne une interface utilisateur. L’artiste s’intéresse à la perception, à la nature du regard, elle fait deviner des lettres, des mots qui sont vus avant d’être lus.
Dans cette vidéo (5'24), l'artiste en dit plus sur sa démarche, elle est filmée en 2007 pendant la réalisation de son œuvre à la Bpi.

Jusqu’au 5 octobre, le Centre Pompidou Metz  consacre une rétrospective et plusieurs expositions dans la ville à cette artiste originale, pionnière, indépendante.
Tania Mouraud a 20 ans dans les années 60, elle reçoit une formation philosophique à Düsseldorf, haut lieu de l’avant-garde artistique représentée par Joseph Beuys et Fluxus. A partir de 1963, elle se consacre à la peinture. En 1968, elle assiste à la documenta à Cassel, une manifestation artistique internationale qui a lieu tous les 5 ans. Cette édition est effervescente, marquée par des débats et controverses artistiques, politiques, esthétiques.  A son retour, la jeune peintre détruit tous ses tableaux dans un autodafé symbolique. Elle découvre qu’elle peut s’exprimer par d’autres moyens qu’elle explore depuis sans relâche : installation, vidéo, son, photographie, performance, intervention dans la ville. 
Des œuvres de la fin des années 60 aux créations les plus récentes, l’exposition propose une traversée dans une œuvre protéiforme, radicale, inventive, engagée, grave, poétique.

Pour en savoir plus

Le catalogue de l'exposition et une sélection de documents sont disponibles au niveau 3, dans le Salon Arts et Littératures
 
 
Captcha: