0   Commentaires
Publié le

Les robots, la BD et nous 2/4 : Les dérives du transhumanisme

Deux hommes discutent des verts d'une gynoïde
Adulteland, Yeong-Jin Oh (FLBLB, 2014)
Sur cette image extraite d'Adulteland de Yeong-Jin Oh, le patron d'une entreprise et son associé discutent des vertus d'un robot conversationnel qu'ils ont acquis dans des conditions troubles.
De nombreuses bandes dessinées de science-fiction invitent androïdes et gynoïdes de service ou de combat dans des récits interstellaires aussi divertissants que fantaisistes. Mais lorsque les intelligences artificielles apparaissent dans des fictions graphiques plus réalistes, qu’est-ce que ces histoires racontent de notre rapport aux nouvelles technologies ?
Dans le cadre du cycle de rencontres proposé par la Bpi autour des intelligences artificielles, Balises a sélectionné quatre bandes dessinées contemporaines qui évoquent l’impact sur nos sociétés de technologies comme le deep learning, le transhumanisme, ou les réseaux de données. Suspense et émotion à la clé !
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Sur cette image issue d’Adulteland de Yeong-Jin Oh, le patron d’une entreprise de robots conversationnels décrit avec affection les capacités relationnelles de sa machine préférée. Quelques cases plus tôt, son associé s’inquiétait à l’idée que celle-ci ressente des émotions.
Adulteland décrit en effet un univers pesant dans lequel des personnages désabusés peinent à entretenir des relations sociales, mais où le héros découvre le bonheur de converser avec le robot Yogi, qui paraît connaître intimement l’un de ses collègues.
Le contraste du noir et blanc et les traits graphiques qui esquissent les silhouettes contribuent à atténuer les différences entre humains et robots. Ils ajoutent également une épaisseur poisseuse à ce récit d’anticipation dans lequel plusieurs temporalités enchâssées permettent de découvrir progressivement la vérité sur l’identité de ce chatbot plus humain que nature.

Adulteland explore les limites entre humain et robot. Les hommes y projettent des émotions et croient voir de la vie sur une intelligence artificielle aux capacités d’apprentissages surdéveloppées et à l’aspect humanoïde.
D’un autre côté, cette bande dessinée coréenne se demande jusqu’où et dans quelles conditions le recours aux robots permet de prolonger la vie humaine au sein d’une société qui tend à marchandiser les corps. Métaphysique et glaçant.
Auteur :
Captcha: