0   Commentaires
Chronique

Chansons expérimentales : 1967-1981 (et après...)

Histoire de Melody Nelson de Serge Gainsbourg figure naturellement en bonne place dans l'anthologie Il y a des années où l'on a envie de ne rien faire, 1967-1981 réunie par Maxime Delcourt, journaliste né en 1988 (Les Inrockuptibles, New Noise, Mouvement) et passionné de pop libertaire.
couverture

Le livre se divise en deux parties : l'une, historique, pose le contexte sous la forme d'une enquête poussée auprès de quelques-uns de ses acteurs, et permet d'embrasser la période la plus récente, marquée par un regain de créativité illustré par des initiatives comme La Souterraine (Bertrand Betsch, Arlt, Mocke, Savon Tranchand...) ; l'autre propose une sélection discographique allant de Brigitte FontaineJacques Higelin, Nino Ferrer et Catherine Ribeiro à ThiéfaineUn Drame Musical Instantané ou Christophe, en passant par Jac BerrocalDashiell Hedayat, et donc, Gainsbourg...
comme a la radio
Brigitte Fontaine, Comme à la radio (1969)



Entre la grande chanson française symbolisée par la célèbre rencontre, en 1969, de Brel, Brassens et Ferré pour une émission radiophonique (et dont Gainsbourg fut le superbe absent), la variété post yé-yé plus ou moins provoc' des Antoine, Dutronc et Polnareff, un introuvable rock français (et en attendant le rap), c'est au jazz free, au psychédélisme et à la poésie contemporaine que la scène la plus excitante des années 70 doit sa créativité.


En 1969, après avoir collaboré avec le futur arrangeur de Serge Gainsbourg Jean-Claude Vannier sur son premier album, Brigitte Fontaine enregistre en 1969 avec Areski Belkacem (partenaire de Jacques Higelin) et l'Art Ensemble Of Chicago le révolutionnaire "Comme à la Radio" :


Brigitte Fontaine, Comme à la radio (extrait)

cd
Dashiell Hedayat & Gong, Obsolete (1971)
En 1971, sous le nom de Dashiell Hedayat, le futur écrivain et polémiste Jack-Alain Léger, traducteur de Dylan, connu pour le hit paradoxal "Chrysler Rose", enregistre Obsolete avec les membres de Gong :

Dashiell Dedayat, Cielo 1/7 (extrait)

cd
Alain Bashung, Chatterton (1994) 
Si les années 80 refroidissent bien cet élan, qui trouve refuge dans l'underground et le post-punk, des figures comme Thiéfaine, Bashung (avec qui Gainsbourg collabore pour un autre "disque difficile", Play Blessures) ou, plus près de nous, Rodolphe Burger continuent de brouiller les pistes, entre jeux de langage et magie du son.

Alain Bashung, Elvire (extrait)


Rodolphe Burger, Mona (extrait)
arlt feu la figure
Arlt, Feu la figure (2014)


Aujourd'hui, après qu'une nouvelle scène (de Bénabar à Biolay) ait endossé l'héritage parfois ombrageux de la "chanson française" avec une sage efficacité, d'autres francs-tireurs apparaissent, tels KaterineFeu! Chatterton ou Arlt. Proches de l'intranquille Melody comme de l'esprit Saravah, attirés par les déviances que porte une langue délivrée des codes, avec ironie (Katerine), souffle (Feu! Chatterton) ou mordant (Arlt), c'est "à l'os" qu'ils écrivent leurs chansons, à la fois très sensibles et très brutes.

Arlt, Après quoi nous avons ri (extrait)



 
Captcha: