0   Commentaires
Interview

Focus sur la Cinémathèque grecque

Image du film Le voyage des comédiens de Theo Angelopoulos
Le voyage des comédiens de Theo Angelopoulos, 1974, avec l'aimable autorisation de Greek Film Archive
A l’occasion du focus sur la Cinémathèque grecque proposé par le Festival Cinéma du réel du 19 au 29 mars, nous avons posé 3 questions à Maria Komninos, sa directrice. Elle présentera pendant le Festival une sélection de films emblématiques, réalisés entre 1924 et 2012, et qui retracent l’histoire de cette institution.

Quelle est la mission de la Cinémathèque grecque, et comment vit-elle dans le contexte actuel ?

J’ai commencé à travailler à la cinémathèque dans les années 1980, et plus particulièrement en 1985 lorsque j’ai introduit dans le département de sciences politiques un cours sur le film d’histoire, avec des projections au ciné-club d’Athènes. Par la suite, la section Communication et média et les Archives du cinéma grec se sont associées pour le projet Archimédia, un programme d’enseignement pour les étudiants intéressés par le travail sur les archives cinéma. J’ai ensuite été élue Secrétaire générale du bureau des directeurs de cinémathèques, puis de 2003 à 2012, au comité exécutif de l’ACE ( Association des Cinémathèques Européennes). C’est dans ce contexte que les Archives du Film Grec ont rejoint la base de données interactive www.filmarchives-online, base dans laquelle la collection des films documentaires a été versée. Les archives ont également rejoint l’EFG (European Film Gate) dans Europeana, en même temps que d’autres archives européennes, privées ou publiques

Depuis les débuts en 2009, lorsque la cinémathèque a déménagé à Karemikos, nous avons poursuivi 3 objectifs : devenir une bibliothèque numérique, un musée du Film et un lieu de cinéphilie. C’est dans ce contexte que nous avons reçu des fonds européens de 2013 à 2015, avec la mise en place du cadre stratégique national pour un programme opérationnel régional.
 

Quels sont vos trois films coup de cœur, à conseiller à un public français ?

Mes trois films favoris sont :

Astero, 1927, de Dimitris Gaziades
L’Ogre d’Athènes (O Drakkos), 1955, de Nicos Koundouros
Le Voyage des comédiens (O Thiassos), 1974, de Theo Angelopoulos
 
Le film muet Astero, découvert dans les magasins de la cinémathèque française et restauré, est un mélo romantique où amour et trahison sont filmés dans les paysages de la Grèce rurale, avec les acteurs phares de cette époque.
Image du film Astero
Astero, de Dimitris Gaziades, 1927, avec l'aimable autorisation de Greek Film Archive 

 
L’Ogre d’Athènes est le second film du très talentueux peintre Nico Koundouros, qui durant la période sombre de la dictature d’après guerre raconte la fable kafkaienne d’un petit fonctionnaire qui se fait passer pour un gros caïd du milieu pour échapper à son quotidien misérable.
 
Bande-annonce de "L'Ogre d'Athènes" : 



Le Voyage des comédiens, film emblèmatique du grand auteur Theo Angelopoulos, conjugue le mythe des Atrides avec une période turbulente de l’histoire grecque,  de 1938 à 1952. Tout cela dans un style unique fait de plans séquences et de flashbacks historiques.
 
Extrait de "Le Voyage des comédiens" :

 

Quelle serait votre Cinémathèque idéale ?

Ma cinémathèque idéale serait celle qui remplirait ces trois missions : bibliothèque numérique, musée et éclosion d’une nouvelle cinéphilie mais qui serait également en mesure d’engager un plan de sauvegarde systématique des collections sur support celluloïd.
 
 

Tags :
industrie du cinéma
film politique
Grèce
film documentaire
Captcha: