De ligne en ligne numéro 24

Si vous n’avez jamais lu les romans de Jean Echenoz, l’exposition "Jean Echenoz Roman Rotor Stator", organisée par la Bibliothèque publique d’information, et le dossier de ce numéro seront l’occasion de découvrir cette écriture précise, volontiers rieuse, qui n’a pas peur de se frotter aux fantaisies de la fiction. Si vous connaissez déjà quelques-uns des dix-sept romans de cet auteur, vous devriez être comblé(e)…
couverture du numéro 24
Jean Echenoz © Roland Allard




Feuilletez votre magazine
 
La photographie de Jean Echenoz en couverture de ce numéro a été prise par Roland Allard. Ce n’est pas seulement une belle image, c’est une image juste, fidèle à l’univers de l’écrivain. Le noir et blanc, la fumée et le décor urbain évoquent l’atmosphère des romans noirs. Dans ses premiers livres, Jean Echenoz a cherché à détourner les codes du polar avant de s’aventurer dans d’autres genres narratifs. On peut aussi voir dans les jeux de lumière, les volutes de la fumée de cigarette une évocation des jeux stylistiques auxquels se livre, avec brio, l’écrivain. À l’arrière-plan, un wagon de train. Car on bouge beaucoup dans les romans d'Echenoz et les péripéties ne manquent pas ! 
 

Big-bang dans les sciences du vivant ?

De mouvement, il en est aussi question avec Catherine Jessus. La directrice de l’Institut des sciences biologiques, nous explique de façon très claire comment sa discipline s’est développée et totalement renouvelée ces dernières années : exploration du cerveau et du génome, découverte de l’immensité insoupçonnée de la biodiversité ou révélation de nouvelles formes de vie… Un mouvement qui n’est pas fini, à condition de laisser des moyens à la recherche fondamentale.
 

Toujours à l’affût

Au fil des pages, vous découvrirez d’autres sujets liés à la programmation culturelle de la bibliothèque. Le mois du film documentaire met à l’honneur Claudine Bories et Patrice Chagnard. Après avoir réalisé des films documentaires chacun de leur côté, ils ont décidé de passer à la coréalisation. Et leurs films : Les Arrivants, Les Règles du jeu… portent la marque de leur double regard. Le festival Press Start interroge les tendances actuelles du jeu vidéo, notamment celle qui par l'utilisation du pixel redonne aux jeux une esthétique rétro. Ah ? C'était mieux avant ?
 
Bonne lecture, bonnes découvertes