Content available in :

Le projet d'établissement de la Bpi

La Bibliothèque publique d’information (Bpi) s’est engagée, depuis la fin des années 2000, et surtout depuis 2010, à la demande du Ministère de la Culture et de la Communication (MCC), dans une démarche de réflexion sur sa rénovation. Ce processus s’est appuyé sur l’investissement de ses équipes pour construire une proposition forte d’évolution de la Bpi, dans un paysage de la lecture publique et des pratiques culturelles en pleine mutation. 
La Bpi de nuit
© Voyez-vous

 

Lire le monde, un projet d’établissement défini en 2010, orienté publics et contenus

Le projet d’établissement Lire le monde remis fin 2010 au Ministère de la Culture et de la Communication par Patrick Bazin (directeur de la Bpi de 2010 à 2013, précédemment directeur des bibliothèques municipales de Lyon) dressait un constat des faiblesses de la Bpi, notamment : une fréquentation assez peu représentative de la population du fait d’une fréquente saturation ; un affaiblissement de sa fonction de laboratoire de la lecture publique en France.

Il en rappelait également les atouts : sa situation géographique et sa présence dans le Centre Pompidou ; son amplitude d’ouverture ; ses pôles d’excellence, bien repérés et actifs au sein des réseaux professionnels ; sa gestion maîtrisée. Ce projet prévoyait de mettre en œuvre quatre programmes d’actions visant à diversifier les publics et les usages :
  • la réorganisation du travail en fonction d’un nouvel organigramme centré sur la valorisation d’une offre de contenus diversifiés ;
  • le développement de la médiation et de l’action culturelle autour de regroupements documentaires organisés en départements ;
  • l’éditorialisation de contenus d’orientation à travers un webmagazine - ce programme illustrant la volonté de la Bpi d’incarner le concept novateur de « la bibliothèque comme média » ;
  • le réaménagement partiel des espaces, pièce maîtresse de ce changement de paradigme, permettant d’inscrire à grande échelle la médiation et l’innovation dans le fonctionnement de la bibliothèque

Le premier programme d’action, la nouvelle organisation, a été réalisé. Les deux suivants ont connu des avancées importantes ; à ce stade, le quatrième programme est encore à l’étude.

La nouvelle organisation, définie en 2011 dans ses modalités fonctionnelles et transversales,  a été mise en place entre fin 2011 et début 2012 par un vaste mouvement de redéploiement qui a concerné l’ensemble du personnel. Le nouvel organigramme effectif depuis le 1er mars 2012 s’appuie notamment sur quatre départements documentaires et culturels, dont les noms de code expriment l’originalité du projet de la Bpi en tant qu’expression d’un rapport renouvelé de la bibliothèque au monde qui l’entoure.
 
Le deuxième programme d’action, le développement de la médiation et de l’action culturelle autour de contenus, a déjà pu être amorcé grâce à cette nouvelle organisation. Il s’est appuyé sur la mise en œuvre de nombreuses actions de médiations dans la bibliothèque (ateliers, conférences,…)  ainsi que sur une collaboration renforcée avec le Centre Pompidou, notamment pour la préparation de trois expositions (Art Spiegelman – mars à mai 2012 – ; Claude Simon – octobre 2013 à janvier 2014 ; Duras Song – octobre 2014 à janvier 2015). Leur réalisation démontre qu’une exposition constitue une excellente accroche pour enrichir et valoriser l’offre documentaire d’une bibliothèque à travers diverses formes de médiation et attirer un public nouveau.

Le troisième programme d’action, la création d’un webmagazine, Balises, a bénéficié d’une assistance à maîtrise d’ouvrage en 2012 pour la rédaction d’un cahier des charges, ayant abouti au lancement d’un appel d’offres début 2013 et à sa réalisation en 2014. Parallèlement, le département Lire le Monde a dynamisé la production de contenus, grâce à une coordination transversale menée dans l’esprit d’une conférence de rédaction. 
 
Le quatrième programme d’action, le réaménagement partiel des espaces, a déjà bénéficié d’un premier budget d’investissement de 1,55 M€, versé, fin 2011 par le Ministère de la Culture et de la Communication et destiné au financement des études et de la maîtrise d’œuvre. En avril 2012, la Bpi a signé une convention de maîtrise d’œuvre avec l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture (OPPIC)1, associant le MCC et le Centre Pompidou, qui lui a permis de définir les grandes lignes de la programmation des espaces, avec un premier schéma prévisionnel d’implantation présenté en 2012.

Par une lettre adressée le 3 décembre 2012 au directeur de la Bpi, la Ministre de la culture et de la communication a demandé à celui-ci d’amender le projet d’établissement dans le sens suivant :
  • en intégrant les priorités culturelles qu’elle fixe à son ministère, notamment en matière d’éducation artistique et culturelle et de nouvelles générations ;
  • en confortant les secteurs d’excellence (handicap, autoformation, cinéma documentaire, numérique) de la bibliothèque ;
  • en maintenant la capacité d’accueil des publics venant à des fins d’étude (notamment étudiants et lycéens), c’est-à-dire en maintenant le même nombre de places de travail par rapport à l’existant ;
  • en menant, en étroite collaboration avec le Centre Pompidou, une recherche d’optimisation ou de conquête de superficies, en vue d’une recomposition des espaces favorisant la pluralité des usages, associée à un retour à une entrée commune ;
  • en insistant sur la capacité de la Bpi à être innovante et exemplaire dans une perspective de coopération nationale ;
  • en s’assurant d’une concertation avec les personnels, permettant de les associer en amont au processus de changement.
Espaces de la Bpi
© Voyez-vous

Des propositions mûries collectivement en 2013

En octobre 2013, avant son départ à la retraite, Patrick Bazin a déposé auprès de la Ministre de la Culture et de la communication un projet d’établissement accompagné d’un volet de rénovation de la Bpi. Ce projet a été élaboré avec les équipes de la Bpi et répond à des axes stratégiques qui doivent guider la bibliothèque dans les prochaines années, en adaptant les services et les locaux aux nouveaux usages de lecture et d’accès à l’information et aux savoirs.

Il s’agit de diversifier les espaces tout en conservant les places de lecture et de rénover la bibliothèque autour de thématiques structurantes que sont : la médiation artistique et culturelle ; l’accès à la formation tout au long de la vie ; la mise en valeur de l’actualité de la presse et de l’édition contemporaine ; le renforcement de la place du cinéma documentaire, en créant un centre de ressources ;  l’éditorialisation des contenus, en s'appuyant sur un nouvel écosystème de sites internet intégrant un webmagazine (ouvert fin 2014) ; le numérique, par l’accès à des ressources en ligne nombreuses correspondant aux besoins du public et par un suivi des nouveaux usages de lecture ; la création de nouveaux espaces permettant de développer l’éducation artistique et culturelle et de s’intéresser à des médias valorisant la relation entre l’image et l’écrit.

S’ajoute à ces thématiques structurantes la coopération avec les bibliothèques de lecture publique françaises, afin de partager des informations et des bonnes pratiques, de favoriser l’échange d’expérience et de collaborer sur des projets innovants.