Les publics - Des accueils spécifiques

Rapport_Activite_2014

14 Des accueils spécifiques Le public des ateliers numériques 78 nouveaux ateliers numériques ont touché 559 usagers (voir p. 32). La pratique se fait individuelle-ment devant un ordinateur avec une explication préalable et un diaporama à l’appui qui décompose toutes les opérations. 8 postes permettent d’accueillir simultanément 8 usagers sur des séances d’1h30 (10 postes en 2015). Les usagers viennent s’inscrire librement dans la demi-heure qui précède l’atelier auprès d’un des forma-teurs en répondant à un questionnaire sur les prérequis ; cela permet aussi de les rediriger sur un atelier qui correspond mieux à leur niveau. Les ateliers commencent à 14h, 16h ou 18h. Les grands débutants en informatique sont bien sûr des personnes en difficulté dans notre société (mi-grants, personnes plus âgées, voire au travail, mais n’ayant jamais bénéficié de stages et répétant des gestes sur l’ordinateur ainsi qu’on leur a montré). Certains reviennent suivre le même atelier une deuxième fois par vrai besoin. Ils requièrent beaucoup d’attention et de pédagogie, c’est aussi un public avec de grandes attentes, donc très reconnaissant, ce qui est gratifiant pour les formateurs. Une étude de ce public a été menée par le service Etudes et recherche. • Les ateliers numériques de la Bpi Étude menée par Anaïs Crinière, stagiaire de l’Université Paris Dauphine Direction scientifique : Agnès Camus-Vigué L’étude visait à dresser un bilan de l’expérience des ateliers numériques mis en place par la Bpi à partir du mois de janvier 2014. Quel est le public de ces ateliers ? Quels effets la fréquentation de ces lieux a-t-elle eu pour les participants ? Au coeur de ce travail se situe la question des compétences informatiques mais aussi le thème de la représentation de soi lorsqu’on ne dispose pas de ces com-pétences, alors même que l’on vit dans un monde social irrigué par les TIC. Les ateliers numériques sont des sessions de formation collective aux thèmes variés (découverte de l’ordinateur, navigation sur Internet, création d’une boîte mail, etc.) accueillant au maximum huit personnes et animées par deux bibliothécaires formateurs dans un espace dédié de la Bpi, « L’Atelier ». L’enquête a été réalisée par observations et entretiens semi-directifs et a permis de dégager les résultats suivants : les ateliers numériques accueillent principalement des retraités et des personnes en recherche d’emploi ou inac-tives et quelques actifs occupés. Les participants ont souvent un rapport ambivalent à l’informatique et oscillent entre une conscience des possibilités offertes par Internet et une certaine suspicion à l’égard d’un outil qu’ils ne connaissent pas et qu’ils ne se sentent pas compétents à utiliser. Leur éloi-gnement vis-à-vis de ces technologies provoque souvent chez eux un sentiment d’exclusion renforcé par l’existence d’une incitation sociale à se mettre à l’informatique. Ils viennent donc principalement aux ateliers numériques pour se familiariser avec l’ordinateur et Internet, structurer leurs connais-sances et apprendre des savoir-faire. Par ailleurs, les ateliers, grâce à la présence de formateurs à l’écoute de leurs difficultés, constituent pour ces personnes un moyen de rehausser leur estime de soi et de renforcer leur lien à la Bpi. Une synthèse de l’étude a été rédigée et rendue publique sur le site web de la Bpi : http://pro.bpi.fr/observation-des-publics-de-la-bpi/les-ateliers-numeriques-de-la-bpi u


Rapport_Activite_2014
To see the actual publication please follow the link above