Page 15

Bpi - Rapport d'activité 2015

15 Les publics de l’autoformation et des ateliers de conversation en langues L’année 2015 a connu la bascule informatique progressive des outils d’autoformation sous environne-ment virtualisé. Les supports de formation restent aussi variés, comportant cd audios, dvd vidéos, cédé-roms, ressources électroniques en ligne qui permettent pour certains une réécoute des exercices oraux. Les usagers ont effectué 21 874 connexions. Le français langue étrangère (FLE), particulièrement avec les méthodes Learn French et Rosetta Stone qui offrent une pédagogie adaptée à la langue maternelle de l’apprenant, et donc ciblant les grands débutants, représente plus de 50% des connexions. L’anglais est la seconde langue la plus demandée après le FLE, avec une offre de niveaux, de méthodes et de thèmes extrêmement différents, une offre de préparation aux examens (toeic, toefl, etc…), représentant 15% des connexions. La bureautique représente 16% des connexions, avec près de 10% des demandes globales pour MS Office. Le code de la route, le développement personnel et professionnel, les programmes scolaires, la dactylographie restent toujours consultés. Ce sont les formations de base qui sont les plus demandées en langues comme en bureautique. Un accueil d’associations de personnes relevant du champ social et des apprentissages de base, le français et l’anglais pour les migrants, a été effectué chaque jeudi de l’année à partir de 10h, soit 714 personnes accueillies sur 42 jeudis. Ces personnes ne pourraient pas venir seules au démarrage et l’objectif est de leur donner une autonomie qui leur permettra de revenir individuellement. Les publics migrants étaient en 2015 principalement originaires du Moyen-Orient, d’Afrique de l’Est et d’Asie du Sud-Est. Ce sont surtout des hommes, parfois très jeunes, souvent fidèles et assidus dans l’apprentissage. Les ateliers de conversation sur cinq langues (FLE, anglais, espagnol, russe et chinois) ont été fréquen-tés par 3 752 personnes au long des 315 ateliers. Une baisse mécanique du nombre de participants a accompagné la légère diminution du nombre de sessions en raison des travaux de l’été et de la fermeture de l’Atelier. Pour le FLE, ce sont 1 519 natifs d’une langue étrangère qui apprécient une convivialité dans les échanges, une cohabitation d’usagers d’horizons très différents, une mise en pratique de ce qui est appris seul dans la cabine d’autoformation. Pour ceux qui ne connaissent pas les ressources d’autoformation y compris gratuites, ils sont encouragés et conseillés pour améliorer leur accent, leur grammaire, le vocabulaire avec les méthodes les plus appropriées (mini visites en sortant de l’atelier). Par ailleurs, un programme expérimental avec l’association des Amis de la Bibliothèque et Archives natio-nales du Québec (BAnQ) a fidélisé des usagers avec la tenue d’ateliers en visioconférence ou avec des vidéos postées. Un groupe de migrants d’Amérique du Sud au Québec a échangé au fil de l’année des informa-tions avec le groupe de neuf migrants des ateliers de FLE de la Bpi. Des questions étaient posées de part et d’autre de l’Atlantique, des réponses apportées, des lieux à Paris et des lieux à Québec filmés et montrés à l’autre groupe avec les commentaires sur la vie quotidienne ou les monuments. Une sociabilité s’est ainsi établie via la francophonie, stimulant l’envie de progresser dans la conversation en langue française. u Des accueils et médiations spécifiques


Bpi - Rapport d'activité 2015
To see the actual publication please follow the link above