Page 49

Bpi - Rapport d'activité 2015

49 La phase qualitative de l’étude sur site a justement permis de préciser et qualifier les impacts sur les publics, notamment en termes de satisfaction et même de reconnaissance : l’élargissement des horaires d’ouverture facilite la fréquentation, permet souvent de rendre les horaires plus lisibles et modifie positi-vement l’image des établissements (qui deviennent plus hospitaliers et généreux). Pour les établissements eux-mêmes et les collectivités, la modification des horaires revus à la hausse et/ou optimisés (à volume horaire constant) est souvent l’occasion de réaffirmer l’utilité sociale des bibliothèques, voire de mobiliser les équipes autour d’un projet de service public partagé ; ces mesures toutefois, même si le volet salarial n’est pas nécessairement impacté, ne sont pas sans effets sur les coûts de fonctionnement ou l’obligation de réorganiser le travail interne et les plannings de service public. La synthèse de l’étude fait enfin l’objet, en conclusion, d’une série de préconisations destinées aux établissements qui souhaiteraient optimiser ou élargir leurs horaires d’ouverture : établir un diagnostic ; recueillir les attentes de la collectivité, des publics, des agents ; définir un projet initial, chiffrer les scénarios ; faire valider un scénario par la collec-tivité ; définir les conditions avec les agents ; communiquer le planning d’ouverture aux publics ; évaluer les résultats. Programme national de recherche 2015. La place des bibliothèques sur les réseaux sociaux numériques Bureau d’études Axiales (Marie-Françoise Audouard), avec le laboratoire Labsic-Université Paris 13 (Bertrand Legendre, Louis Wiart) Direction scientifique : Muriel Amar (Bpi-SER) Le programme de recherche pour l’année 2015 est consacré à la question de la présence des bibliothèques sur les réseaux sociaux numériques (comment cette présence est construite intellectuellement, comment est-elle organisée d’une manière pratique, quels sont les retours pour les établissements en termes d’usage et d’image ?). Le cahier des charges de l’étude a été validé au printemps 2015, le marché d’étude ayant pour sa part été mis en ligne juste avant l’été. La sélection du prestataire a eu lieu à l’automne : il s’agit du bureau d’études Axiales (Marie-Françoise Audouard), associé avec le laboratoire LABSIC de l’Université Paris 13 (Bertrand Legendre et notamment Louis Wiart, spécialiste des réseaux sociaux numériques). Le travail de terrain doit commencer au début de l’année 2016, le choix des sites est en cours de validation avec le comité de pilotage de l’enquête constitué d’experts extérieurs (Sophie Pène, Cécile Touitou), de représentants du SLL (Cécile Quéffelec) et de la Bpi (Muriel Amar, Silvère Mercier, Christophe Evans). L’enquête qui doit être mise en oeuvre est qualitative : elle repose essentiellement sur une analyse fine de la présence sur les réseaux sociaux de quatre bibliothèques retenues pour l’étude (analyse des messages postés, des documents partagés sur les réseaux, étude des interactions avec les internautes, etc.) ; elle porte également sur des entretiens réalisés auprès des équipes de professionnels qui ont pour mission de s’occuper de ces services numériques dans leurs établissements de lecture publique et auprès des usagers qui s’approprient les contenus qui sont diffusés par ces canaux. La synthèse de l’étude est attendue pour la fin de l’année 2016.


Bpi - Rapport d'activité 2015
To see the actual publication please follow the link above