Page 55

Bpi - Rapport d'activité 2015

55 Plus de la moitié des dons (55%) est désormais effectuée auprès d’associations humanitaires et de bi-bliothèques des établissements pénitentiaires. Ces établissements reçoivent de gros dons : 819 unités documentaires en moyenne par don pour les premières et 404 pour les secondes. Les bibliothèques universitaires et spécialisées bénéficiaires effectuent désormais une visite annuelle (sauf la bibliothèque de l’Institut Michelet, reçue 2 fois en 2015), la plupart du temps parce qu’elles ont été recontactées par la Bpi en fonction d’un désherbage précis. Elles n’emportent que de petits dons, fortement sélectionnés en fonction de leur politique de conservation, avec en moyenne 68 unités documentaires par don. Pour les dons de revues reliées, la baisse de la demande des BU se confirme aussi (520 volumes de périodiques ont été réorientés en 2015). Les dons auprès des bibliothèques scolaires, d’hôpital et d’associations du champ social sont assez récents, et la liste des bénéficiaires pourrait se développer en 2016. Ces établissements emportent avec eux des dons comportant en moyenne 88 à 180 documents. Le service répond à toutes les demandes : on constate donc l’absence des bibliothèques territoriales parmi les bénéficiaires, alors qu’elles étaient auparavant fortement demandeuses. Cette tendance sera à étudier l’année prochaine, en relançant les établissements susceptibles d’être intéressés. Une des pistes d’explication pourrait être l’abandon depuis fin 2012 d’un outil permettant aux bibliothèques territoriales de faire des sélections et des paniers d’ouvrages d’après les collections disponibles en réserve : de fait elles sont désormais beau-coup moins visibles. Le partenariat renforcé avec les établissements pénitentiaires Depuis fin 2012, avec la collaboration du Bureau des politiques sociales et d’insertion de la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP), la Bpi a proposé aux établissements pénitentiaires de bénéficier de la réorientation des documents désherbés des collections. Le service travaille directement avec les pro-fessionnels en charge des bibliothèques des Directions interrégionales des services pénitentiaires (DISP). C’est avec eux que les entretiens préalables et les bilans sont menés et que les sélections de dons sont faites. Le projet de don est pensé en concertation avec les collègues des collectivités territoriales ayant une action de partenariat auprès des bibliothèques de prison (BDP, BM). Ce travail collaboratif permet une vision globale des initiatives menées en faveur de la lecture en prison, condition nécessaire pour opérer une action pertinente, complémentaire et adaptée aux besoins. Un quart des dons effectués en 2015 était à destination des établissements pénitentiaires : 1726 monographies, 295 numéros de magazines (30 titres), 70 documents d’autoformation. Entre le début des partenariats avec ce type d’établissement en 2013, et la fin d’année 2015, la Bpi a donc donné 9 211 unités documentaires, se répartissant de la sorte : 7 166 monographies ; 159 titres de revues (1 849 numéros) ; 196 documents d’autoformation. 23 bibliothèques d’établissements pénitentiaires ont été bénéficiaires des dons en 2015, réparties dans toute la France : • la DISP de Lille (Arras, Béthune, Douai, Dunkerque, Longuenesse, Sequedin, Valenciennes, Vendin-le-Vieil), - la Maison d’arrêt des Hauts-de-Seine (Nanterre), • la DISP Rhône-Alpes / Auvergne (centre pénitentiaire de Valence et celui de Riom), • 12 bibliothèques pour la DISP de Strasbourg-Est.


Bpi - Rapport d'activité 2015
To see the actual publication please follow the link above