Page 34

Rapport d'activité - Bpi - 2016

32 Au printemps, le département Lire le monde a largement participé à la collaboration engagée avec le DDC du Centre Pompidou autour du Festival Hors Pistes, qui était en 2016 consacré à l’Art de la révolte, venant enrichir la programmation parlée de plusieurs débats intégrés aux cycles de rencontres Bpi existants . Ainsi, le 25 avril 2016, L’Atelier des médias : rencontre avec Lionel Maurel de la Quadrature du net, ou une soirée d’hommage à Dionys Mascolo, l’esprit d’insoumission qui a soulevé la question de l’engagement actuel des intellectuels, en compagnie d’Edgar Morin et en partenariat avec l’Observatoire des Politiques culturelles de Grenoble. Des actions de médiation ont par ailleurs été proposées : la Bibliothèque vivante des militants, qui proposait des rencontres entre militants et publics (du 27 au 29 avril 2016, dans la Bibliothèque participative installée au Forum-1), ainsi que des visites commentées des collections par des universitaires, autour de parcours thématiques consacrés aux thèmes de l’engagement et de la subversion par les livres. Par ailleurs, le récent cycle #Controverses, très participatif avec le public, a abordé des thèmes divers (le 18 janvier 2016 : Internet va tuer le droit d’auteur, anatomie d’une idée reçue ? et le 11 avril 2016 : Demain, tous transhumains, anatomie d’une idée reçue ?) en partenariat avec les étudiants de l’Université de Paris-3 Sorbonne issus de l’association étudiante Fleurs d’éloquence, témoignant de ce souci d’innovation et de recherche de nouvelles formules cher au Service Développement culturel et actualité. Dans la poursuite de cette thématique privilégiée liée à l’actualité et aux idées, la Bpi a participé à trois manifestations phares de l’année 2016 : la rencontre Cette violence qui nous arrive, organisée en partenariat avec le Département du Développement Culturel du Centre Pompidou (DDC), en analyse des attentats survenus les mois précédents en France, le Festival des idées organisé par l’Université Paris-Sorbonne-Cité avec une soirée autour de l’Art de la mesure (18 novembre 2016) et un débat en collaboration avec le DDC intitulé Un monde selon Trump au lendemain des élections américaines. Enfin, les programmations associées liées à l’exposition Claire Bretécher et à l’exposition Gaston, au-delà de Lagaffe ont donné lieu à plusieurs rendez-vous parlés et à de nombreuses médiations (ateliers d’écriture, de dessin), conçues ou coordonnées par le Service Développement culturel et actualité. Quatre grands colloques ou journées d’études sont venus ponctuer l’année 2016, réaffirmant le rôle de la Bpi en matière de réflexion sur les grandes questions de société, et construisant des passerelles entre le monde universitaire, la parole associative, la création artistique et le grand public : un an après les attentats contre le journal Charlie Hebdo, les deux journées d’études Humour et société, le rire dans tous ses éclats (8 et 9 janvier 2016) ont analysé le pouvoir du rire et de l’humour dans l’espace social ; la journée d’étude organisée autour de la place des jeunes dans notre société (Comment être jeune dans un monde de vieux ? 1er avril 2016) ; en partenariat avec le réseau international de recherche SERIES, autour des séries latino-américaines (Global series, le 29 février 2016) ; et en partenariat avec le Labex arts de l’université de Paris VIII, un colloque Cultural studies et critique marxiste. Ces rencontres ont confirmé l’intérêt de la Bpi à porter les questions de l’avant-garde culturelle. La fin de l’année s’est clôturée avec un grand colloque Animalement nôtre (2 et 3 décembre 2016), autour des relations entre les êtres humains et le monde animal, question brûlante d’actualité dans notre société contemporaine. Dyonis Mascolo, années 80, photo privée u u u u


Rapport d'activité - Bpi - 2016
To see the actual publication please follow the link above