Page 23

Rapport d'activité 2013

21 Principaux résultats : La Bpi offre aujourd’hui un dispositif apprécié des usagers, souvent à la recherche d’un espace de travail. L’accueil rencontré au bureau d’Information Générale, l’équipement proposé, sa situation proche de l’entrée, la formation technique possible auprès d’un spécialiste, constituent les principaux atouts de ce service. Le système des guides bénévoles permet également aux personnes qui le souhaitent de bénéficier d’un accompagnement personnalisé. Les usagers font part cependant du manque de publicité autour des Loges, service adapté souvent connu « de bouche à oreille ». Ils souhaiteraient que l’information soit davantage diffusée, notamment pour les étudiants auprès des missions Handicap des universités ou des réseaux associatifs. Mais ces représentations – fréquenter une bibliothèque, être un usager comme un autre – entrent souvent en tension. Ainsi, si l’accueil est ressenti très positivement par la majorité des personnes interrogées, celles-ci témoignent en même temps d’une certaine ambivalence des bibliothécaires à leur égard : à la fois un service valorisé, mais en même temps pas ou peu de présentation des offres de collections existantes (musique, textes parlés, logiciels d’autoformation), souvent restreinte au seul espace des loges, ou la délégation de certaines missions auprès d’un service de guides bénévoles. Pour résumer, ils désirent être traités comme n’importe quel usager, mais d’une manière spécifique du fait de leur handicap. Cette interrogation sur leur place réelle au sein de la bibliothèque traduit plus généralement leur ambivalence sur leur place parmi les autres, que l’on retrouve dans leur façon de vivre leur handicap et de considérer leurs relations avec les autres. La problématique des « contacts mixtes » apporte ainsi une perception très nuancée sur le concept d’« accessibilité universelle ». Voir : Sophie Bobet-Mezzasalma, L’accueil des publics déficients visuels à la Bpi. Enquête exploratoire auprès des habitués, mai 2013, rapport d’enquête en cours de validation. Enquête sur le public du salon graphique Flora Mba (stagiaire SER) Direction scientifique : Christophe Evans et Agnès Camus À la suite de l’enquête d’Emmanuelle Garnier sur l’espace manga de la Bpi en 2012, le SER a accueilli d’avril à juillet 2013 une stagiaire de la même formation (Master de sociologie de l’Université Paris- Dauphine), Flora Mba, afin de réaliser une enquête qualitative par observations et entretiens semidirectifs consacrée aux usagers du Salon Graphique de la Bpi. 21 entretiens individuels et 3 entretiens collectifs ont été réalisés (un groupe d’étudiants préparant le BTS, deux lycéennes préparant un bac S, un graphiste et un cadreur). Principaux résultats : Le Salon Graphique semble majoritairement investi par des jeunes adultes (18-30ans) plus particulièrement des jeunes hommes, souvent d’origine étrangère. Il constitue un espace de repos ou de détente pour certains, mais il peut aussi être un véritable lieu d’apprentissage, notamment de la langue française, pour certaines personnes d’origine étrangère. L’espace semble donc s’inscrire dans la continuité de l’espace autoformation de la bibliothèque qui offre des ressources permettant aux usagers de se former par eux-mêmes. Voir : Flora Mba, Enquête exploratoire sur les usages et les usagers du Salon graphique de la Bibliothèque publique d’information, Avril-Juillet 2013, rapport d’enquête en cours de validation.


Rapport d'activité 2013
To see the actual publication please follow the link above