Page 26

Rapport d'activité 2013

24 Évolution de la moyenne quotidienne des entrées depuis 2001 Fréquentation totale Moyenne quotidienne Evolution Moy. Quot. 2001 1 969 921 6 769 4,17 % 2002 (1) 1 979 183 6 364 -5,98 % 2003 1 898 011 6 162 -3,17 % 2004 1 856 356 5 931 -3,75 % 2005 1 770 675 5 730 -3,39 % 2006 (2) 1 475 964 5 549 -3,16 % 2007 (3) 1 614 018 5 362 -3,37 % 2008 1 602 735 5 204 -2,95 % 2009 (4) 1 431 280 4 953 -4,82 % 2010 1 479 198 4 818 -2,72 % 2011 1 508 620 4 835 0,35 % 2012 (5) 1 575 930 5 035 4,13 % 2013 1 462 779 4 703 -6,59 % (1) Fin 2001, instauration du plan Vigipirate, dont les effets se sont fait sentir à partir de 2002 (2) La Bpi a fermé 2 mois et demi pour travaux pendant l’été 2006 (3) En 2007, la Bpi a fermé pour travaux du 17 au 27 septembre inclus (4) En 2009, la Bpi a fermé du 23 novembre au 17 décembre inclus en raison d’un mouvement social national (5) En 2012, l’exposition Spiegelman a rencontré un grand succès La baisse importante de la moyenne quotidienne de fréquentation de 2013 est due essentiellement au caractère exceptionnel de la fréquentation enregistrée en 2012. Si l’on compare la moyenne quotidienne de 2013 avec celle de 2011 (année pour laquelle les données recueillies ne comprennent pas celles des expositions), la baisse se stabilise à -2,73 % renouant avec le niveau des érosions enregistrées entre 2009 et 2010. Le nombre des entrées est étroitement corrélé à la durée de visite. Les résultats de l’enquête de fréquentation réalisée en 2013 indiquent que la durée de visite s’est allongée en 2013, atteignant 3h50 contre 3h14 en 2012 (pour les visiteurs non lycéens). Il convient de rappeler en effet que le nombre de personnes simultanément présentes dans la bibliothèque ne peut excéder 2134, pour des raisons de sécurité (ce plafond peut être abaissé à 1900 sur certaines courtes périodes, comme celle favorisant l’accueil des lycées en mai-juin). Ce chiffre une fois atteint, les entrées ne s’effectuent plus qu’au rythme des sorties, et les files d’attente commencent à se former. En conséquence, ce sont aussi la capacité d’accueil et l’augmentation de la durée de visite qui limitent l’accès à la bibliothèque. Aussi, le résultat paradoxal est que le nombre d’entrées chute les jours où l’établissement est le plus saturé, notamment le dimanche, jour de grande affluence.


Rapport d'activité 2013
To see the actual publication please follow the link above