Des jeunes pris dans des injonctions contradictoires, par Yaëlle Amsellem-Mainguy

de ligne en ligne n°20 - avril à septembre 2016

16 dossier : Jeunes en 2016 Des jeu nes pris da ns des injo nctio ns co ntradic toires On a longtemps pensé la jeunesse comme un état transitoire antérieur au franchissement des trois « seuils » définissant l’entrée dans l’âge adulte : emploi stable, résidence indépendante, mise en couple. Aujourd’hui, la jeunesse n’a plus de frontières fixes et immuables : le départ du domicile familial n’est pas toujours définitif, l’emploi n’est pas toujours durable, pas plus d’ailleurs que la vie de couple. Si l’on s’accorde sur le moment où commence la jeunesse, il est bien plus difficile de dire quand elle se termine. Détournement d’illustration de Tom Tierney par le « bricoleur graphique », Christopher Dombres. Dans le sens commun, la jeunesse est enviée et redoutée tant cette période de la vie est devenue synonyme de galères à répétition : pression de la réussite scolaire, dépendance financière à l’égard des parents et/ou de l’État, difficultés de logement, freins à l’accès à l’emploi et au contrat à durée indéterminée sont des exemples parmi d’autres. Toutefois, derrière l’impression d’une génération homogène, les jeunes sont très loin d’être égaux devant les difficultés, qui se concentrent sur les peu ou pas diplômés. Devenir adulte, un processus lent Les parcours d’entrée dans la vie adulte se sont diversifiés. Ils sont marqués par la désynchronisation des « seuils » du passage à l’âge adulte : la fin des études ne signifie pas l’entrée sur le marché du travail (qui se stabilise autour de 28 ans), ni la mise en couple ou encore le départ du foyer familial. On aurait ainsi glissé d’un mode unique de passage à l’âge adulte à une diversité de modèles plus aléatoires, entrecroisant les rythmes et les étapes. Devenir adulte est devenu très subjectif, cela signifie à la fois se construire, être responsable, réussir à trouver une place, être autonome, devenir indépendant. L’enjeu majeur pendant la jeunesse est l’acquisition de nouveaux territoires moins contrôlés par les parents. On demande aujourd’hui aux jeunes de se construire eux-mêmes des repères, de devenir autonomes, tout en restant proches de leur famille d’origine. Les jeunes sont donc des acteurs, des sujets de leur histoire, même s’ils ne s’inscrivent pas encore dans certains rôles sociaux attendus (travailleur, conjoint ou parent).


de ligne en ligne n°20 - avril à septembre 2016
To see the actual publication please follow the link above