Comment s'appelaient les chats de Baudelaire ?

Tableau de  J-J. Bachelier Musée Lambinet, Versailles
 J-J. Bachelier ©Musée Lambinet, Versailles

 

Le chat de Baudelaire s'appelait Tibère (il n'y en avait qu'un).

Voici les références des documents exploités :

Baudelaire devant ses contemporains
Paris : Klincksieck, 1995
Pages 149-153 : le texte s'appelle "une matinée chez Baudelaire", signé Théodore de Grave.
Qu'avait-il de féminin au reste ce chat réel surnommé Tibère, que Baudelaire traitait en empereur et dont la chronique rapporte qu'il admirait "la délicatesse"
Les chats de Baudelaire de M. Delcroix et W. Geerts,
PU de Namur, 1981, page 169.
A ce moment Tibère sortit de sa cachette et vint flairer l'étranger ; sur un mot de son maître, le chat alla se blottir sous un meuble. — Vous savez ce que contient cette lettre ?

Supplément littéraire du Figaro samedi 28 Août 1880
Une matinée chez Baudelaire sur Gallica


Ce jour-là, en entrant chez lui, je le
trouvai penché sur sa table de travail,
sa main droite courant sur le papier avec
une activité fébrile; tandis que, de temps
en temps, sa main gauche plongeait dans
l'épaisse fourrure d'un gros chat angora,
paresseusement étendu à côté de son
maître sur un coussin moelleux.

Au bruit que je fis en m'approchant, le
chat releva la tête, exprima sa colère par
quelques jurons et tout en agitant la
queue comme un serpent décapité, il
quitta le cous in et disparut sous un
meuble.

J'avoue que je ne cherchai pas. à le
retenir, au contraire j'encourageai sa
fuite en lui faisant entendre de très près,
mais simplement pour l'enrayer, le sif-
flement aigu d'une canne flexible que je
tenais dans la main en l'agitant dans
l'air. Cela suffit, je dois le dire, pour
qu'il ne reparût plus.

Vous n'aimez pas Tibère, me dit
Baudelaire en me tendant la main mais
il ne vous aime pas non plus, ajouta-t-il
en souriant.

Cordialement

BiblioSésame - Bibliothèque publique d'information

 

Captcha: