0   Commentaires
Article

Le smartphone est-il dangereux pour la santé ?

9 personnes sur 10 ont un téléphone portable !
Dans la rue, à la maison, au restaurant, au travail, le téléphone est devenu indispensable. Mais attention à son utilisation intensive et aux effets possibles sur notre bien-être.
Quelle est la place du téléphone portable dans notre quotidien ? Quels sont les  impacts sur notre santé mentale et physique ? Comment se déconnecter ? Des questions que médecins, psychologues, spécialistes se posent et qui nous concernent tous.

Le téléphone portable au quotidien

smartphone au quotidien  smartphone tasse the
Pixabay - Suna Wang CCO
 

Meilleure couverture réseau, évolution des technologies, offre de forfaits élargie. En moins de 10 ans, nous sommes devenus « accros » à notre téléphone portable.  De jour comme de nuit il est à portée de main.

L’usage est devenu pluriel, du simple téléphone mobile permettant uniquement de téléphoner aux téléphones 4ème génération (utilisant la 4G) aux fonctions multiples d’un ordinateur de poche :  surfer sur internet, se connecter aux réseaux sociaux, lire la presse, prendre des photos, écouter de la musique, regarder un film, géolocaliser, jouer, consulter et répondre à ses mails, gérer ses rendez-vous, acheter en ligne, ...téléphoner bien sûr. 

Les chiffres 2016 (Deloitte) sur «Les Français et le smartphone en 2016 : une relation fusionnelle » sont éloquents :
-93% de la population âgée de plus de 12 ans est équipée d’un téléphone portable, 100 % pour les 18-24 ans.
-65 % ont un smartphone, 95 % pour les 18-24 ans.
-1h32 par jour sont passées sur notre téléphone et 3h49 pour les 16-24 ans !
-Plus de 5 400 SMS  sont envoyés par seconde en France.


Aujourd’hui, les usages les plus fréquents selon le Baromètre numérique 2016 du Credoc  sont :
  • la recherche sur Internet et consultation de sites (55 %),
  • le téléchargement d’applications (48 %),
  • la géolocalisation (42 %),
  • le visionnement de films et vidéos (34 %),
  • l’utilisation de messageries instantanées gratuites (WhatsApp,  Hangouts,…) pour envoyer des messages (32 %) et téléphoner (23 %)
 
Le téléphone portable est un outil performant qui facilite la vie mais qui peut devenir aliénant … voire dangereux pour notre santé.
 
smartphone santé stethoscope
Pixabay CC0
 

Quelles conséquences sur la santé mentale et physique?


Dépendance extrême, accidents, troubles physiques, l'usage en permanence du téléphone portable peut être source de problèmes.

 

Addiction smartphone
Noun Project - Marie Van den Broeck CCO
 

Addict au téléphone ?  Vous êtes peut-être atteint de nomophobie.

Oubli, perte ou vol de notre téléphone portable, batterie faible, absence de couverture réseau…, nous avons tous vécu de tels désagréments. Mais quand la peur d’être séparé de son téléphone portable devient excessive, elle s’apparente alors à une addiction : la nomophobie, de l’expression anglaise « no mobil-phone phobia ».

Le terme est entré au dictionnaire Robert de la langue française en 2016 et est décrit comme une dépendance extrême au téléphone portable.
 
L’addiction au téléphone portable, même si elle n’est pas encore inscrite au DSM-5, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (classification de l’association américaine de psychiatrie), semble de plus en plus  faire partie des addictions comportementales technologiques. Elle se manifeste par des symptômes communs à l’addiction : angoisse, anxiété, utilisation compulsive, temps passé sur son téléphone en continuelle augmentation, impatience,  urgence de se connecter, de  répondre, de vérifier, réactions de colère, irritabilité, frustration, stress, énervement en cas d’oubli, de perte, de batterie déchargée, de mauvaise réception. Les jeunes sont les plus touchés par cette dépendance.

Près d’1 français sur 4 ne supporte pas d’être séparé de son téléphone. De jour comme de nuit, en position statique ou en mouvement, seul, en famille ou avec des amis, notre « e-doudou » s’impose  et nous entraîne dans un monde virtuel  qui peut avoir pour conséquence un repli sur soi et une modification des comportements sociaux. 

Le syndrome des vibrations fantômes : souvent, nous avons l'impression que notre téléphone vibre, mais il n'y a aucun appel, aucune notification...  Les spécialistes expliquent ce phénomène par une stimulation du cerveau qui prend les mouvements des vêtements que nous portons pour des vibrations de notre téléphone. Le portable devient "une extension du corps".

 

Des problèmes de santé physique ? et si c'était dû à votre téléphone ?

Accidents dus à l’inattention, problèmes de posture, tensions, fatigue oculaire, troubles du sommeil,… la liste des risques physiques est longue.

 

Smartphone risques lies à l'inattention
Noun Project - Ives Wong CCO
 

Risque d'inattention

Nous avont la tête penchée sur notre smartphone, concentrés sur le petit écran. L’urgence est de répondre ou de taper un texto…  Attention aux conséquences.  En ville, les piétons mettent leur vie en danger en traversant les rues sans vérifier si un deux-roues ou un véhicule arrive. Le terme de smombies, contraction de zombies et de smartphone, est apparu pour désigner ces piétons au comportement à risque.  les articles de presse se multiplient : « Le nez sur le smartphone, les piétons se mettent en danger ».  Attention aussi à la chute dans l’escalier, à la collision entre 2 personnes ou avec un obstacle,… 
La Sécurité routière met également en garde contre l’inattention au volant : 1 conducteur sur 2 déclare utiliser son téléphone au volant, le risque d’accidents est multiplié par 3, près d’1 accident corporel sur 10 est lié à l’utilisation du téléphone au volant. 

 
smartphone troubles musculosquelettiques
Noun Project - Gan Khoon CCO
 

Troubles musculosquelettiques  

Nous envoyons chaque jour des kilomètres de textos… Une habitude qui, répétée pendant plusieurs heures dans de mauvaises postures, peut générer mal de dos, raideur de la nuque, douleurs cervicales : c'est le syndrome du « Text-neck » , la cervalgie des textos.
Le poignet, la main et surtout le pouce sont très sollicités. Des spécialistes en chirurgie et traumatologie de la main notent une augmentation des consultations pour douleurs chez des personnes jeunes.

 
Smartphone troubles du sommeil
Noun Project - Eugene Kvan CCO
 

Troubles du sommeil

Finis les beaux rêves !
Quel est le lien entre les troubles du sommeil et le smartphone ? La mélatonine, hormone de l’endormissement.
La lumière bleue des écrans ralentit la production de mélatonine et perturbe notre horloge biologique en imitant la lumière du jour. La journée du sommeil en 2016 traitait de : « Sommeil et nouvelles technologies ». Selon l’enquête menée par l’Institut national du sommeil et de la vigilance, 36 % des personnes consultent leurs écrans au lit, 52 % ont au moins un smartphone à proximité de leur lit ou sous leur oreiller…
 

 
smartphone troubles visuels
Noun Project CCO

Troubles visuels

 Si nous restons trop longtemps devant un écran, nous ressentons une sensation de picotement, de brûlure, de fatigue oculaire.  Or l’écran d’un téléphone portable est beaucoup plus petit que celui d'un ordinateur et oblige donc l’œil à s’adapter à sa taille. Même si son utilisation n’abîme pas la vue, il peut la fatiguer, assècher l'oeil et accélérer des problèmes latents, comme la myopie.
Béatrice Cochener, ophtalmologue décrivait déjà ces risques dans un article en 2014 : « Les cinq effets néfastes insoupçonnés du téléphone sur notre corps ».
 
smartphone ondes électromagnétiques
Noun Project - Prakruti CC0


Ondes électromagnétiques 
Prudence ! Telle est la position des autorités de santé sur les risques liés aux ondes. L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a mis en place dès 2011 un groupe de travail « Radiofréquences et santé » qui étudie les radiofréquences de la téléphonie mobile et les réseaux sans fil. En juin 2017, l'Agence nationale des radiofréquences (ANF) publie sur son site les résultats  de mesures de DAS (Débit d'absorption spécifique) sur 395 portables, soit le taux d'exposition moyen et maximun aux ondes conformément à la réglementation.
La polémique est vive, les résultats des études sont encore partiels, incomplets ou variables. En attendant, les agences émettent des recommandations d’usage surtout pour les jeunes enfants.

L'Organisation mondiale de la santé et les experts du CIRC, Centre international de recherche sur le cancer, classe les ondes en catégorie 2B, soit "pouvant être cancérigènes pour les humains".

Si ces risques constatés relèvent d’une utilisation excessive de notre téléphone, il faut encore attendre des études complémentaires pour les confirmer. Il existe des moyens de prévention simples pour éviter la majorité d’entre eux.
 
Déconnexion smartphone
Pixabay - Darfusz Sankowski COO
 

Raccrocher ! pour vous protéger...

 
"Oui il existe une addiction au smartphone mais il est possible de décrocher", ce sont dans ces termes que s'exprime le président de SOS Addictions Laurent Karila, psychiatre des addictions.
  • Des gestes simples permettent d’éviter les problèmes à long terme :
- essayez d'oublier votre smartphone le plus longtemps possible
- ne répondez pas à la seconde près à vos mails et notifications
- laissez-le à la porte de votre chambre à coucher ou mettez-le en mode avion la nuit
- ne le posez pas sur la table pendant les repas
- utilisez un kit mains-libres
- ne donnez pas de smartphone à un enfant trop jeune (les pédopsychiatres préconisent pas avant 15 ans) 
 
  • Des initiatives ont vu le jour pour nous faire prendre conscience de l’ampleur du phénomène :
    - Journées mondiales sans téléphone portable et smartphone, à l’initiative de Philippe Marso, se tiennent tous les ans, en février, 3 journées consacrées à la déconnexion. Le thème 2017 était « Smartphone : dominateur de nos vies »
    - Des tests pour évaluer sa dépendance :​


Utile voire indispensable aujourd'hui, le téléphone portable doit donc être utilisé avec modération. 

 
Captcha: