0   Commentaires

L'abattage rituel selon les traditions musulmanes

Le musée de l’Alimentarium est en train de préparer sa prochaine exposition permanente pour juin 2016. Un secteur sera consacré aux interdits alimentaires culturels et religieux. Dans ce cadre, nous souhaiterions évoquer l’abattage rituel selon la tradition musulmane. Je suis à la recherche d’information à ce sujet, auriez-vous des lectures ou documentaires à conseiller ? Je me pose notamment la question de l’outil utilisé (couteau). Est-ce le couteau pour la viande halal est le même que pour la viande non halal ? Je n’ai pas vu de marque de couteau particulière pour la viande halal, me le confirmez-vous ? Seule condition, il doit être bien affuté et adapté à la taille de la bête. Je me demandais si vous aviez des remarques ou précisions à ce sujet ?
Devanture d'une boucherie Halal
By Wikimedia Commons / Mu [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Il n’y a pas de couteau spécifique pour procéder au rituel. L’outil doit être bien affûté et tranchant. On peut utiliser d’autres outils, par exemple un os ou une pierre taillée à condition que le tranchant soit comme celui d'un couteau.

La procédure à suivre

Le geste doit être fluide, sans à-coup ni aller-retour, de manière à trancher la veine jugulaire, la trachée artère et l’œsophage dès le premier passage. Il est recommander de ne pas atteindre l’os ni de séparer la tête pour éviter les souffrances à l’animal (mais même dans ces cas la viande reste halal). Il n’y a pas d’obligation en matière de taille du couteau mais dans l’adéquation entre la taille et la réalisation des obligations citées ci-dessus. Il est en effet impossible de respecter ces obligations en utilisant un couteau de poche pour égorger une vache par exemple. Peuvent égorger Halal, les musulmans ou les gens du Livre (chrétiens, juifs), à condition que la personne soit adulte et possède toutes ses capacités mentales. On ne doit pas égorger l'animal devant d'autres animaux (mais la viande reste néanmoins halal).

Avant de procéder au rituel d'abattage, la personne peut ou pas prononcer la formule « au nom de Dieu ». Par contre, il est interdit de faire le rituel en invoquant le nom de choses ou de divinités : dans ce cas la viande de l’animal n’est plus halal. L’animal doit être vivant, on ne peut égorger un animal déjà mort ou étourdi, par exemple électrocuté. L’animal doit être en bonne santé. On ne peut égorger un animal malade impropre à la consommation. On ne doit pas affûter le couteau devant l’animal (mais la viande reste halal)

NB : Certains points peuvent changer en fonction de différentes écoles juridiques par exemple l’utilisation d’outils autres que le couteau.

Des références à consulter

Pour plus de détails et afin d’approfondir votre recherche voilà quelques références :
  • Islam et interdits alimentaires : juguler l’animalité, Mohammed Hocine Benkheira, PUF, Paris, 2000 
  • Les Interdits alimentaires dans le judaïsme, le christianisme et l'islam : religions et sociétés de consommation, la souffrance de l'animal en question, le scandale de la vache folle, Yahia Deffous, Bachari, Paris, 2004
  • Vers une certification de qualité halal ?, Samir Zemmour, L’Harmattan , 2007 
  • Comprendre le halal, Florence Bergeaud-Blackler, Bruno Bernard, Edipro, Liège, 2010 
  • L'animal en islam, Mohammed Hocine Benkheira, Catherine Mayeur-Jaouen, Jacqueline Sublet, les Indes savantes, Paris, 2005
  • Ressources en ligne : "Viande Halal en Islam / Viande sur laquelle on doute", Sunnite.net, 29 mai 2012 [lien vers l'article]


Cordialement,

Eurêkoi - Bibliothèque de l'Institut du monde arabe 
Captcha: