0   Commentaires

Être ou ne pas être lu

« Être ou ne pas être lu », article paru dans le Bulletin Bpi, n°21, avril-juillet 2007, p. 11.

 

Stocklib©Buchachon Petthanya

 

"On a calculé qu'un ouvrage de la Bibliothèque nationale de France n'a statistiquement une chance d'être lu qu'une fois tous les 13 ans, ce qui exclut la plupart d'entre eux de tout espoir de consultation. Cependant, sans ce livre que personne ne lira jamais, la bibliothèque n'existerait pas dans son rôle symbolique d'entrepôt de savoir total."
Michel Melot, « Le livre unique, de la religion du livre à l’idéologie du livre », Les Trois révolutions du livre, sous la dir. d’Alain Mercier, Imprimerie nationale, Musée des Arts et Métiers, 2002, p. 410.

On ne saurait mieux dire combien le relevé statistique des consultations ne peut, à lui seul, rendre compte de toute la valeur des collections en bibliothèque.
Rappelons cependant combien il peut être utile pour : connaître les pratiques documentaires, maintenir l’équilibre des collections, entreprendre des actions de valorisation, identifier les saisons de lectures - des plus studieuses aux plus dilettantes - alléger les doutes de l’acquéreur à l’heure du choix, optimiser les effectifs dédiés au rangement des documents...

Au cours d’une après-midi professionnelle consacrée aux semaines-tests (dans le jargon : périodes de sondage portant sur tous les documents consultés sur place), les bibliothécaires de l’Université de Paris VIII, de la Bibliothèque nationale de France et de la Bibliothèque publique d’information ont exposé toute la mine d’informations qu’il est possible d’extraire de ce recueil parfois vertigineux de chiffres (40 000 consultations enregistrées en moyenne à la Bpi en six jours) et souvent inattendu de titres (du Saucisson sec au Code civil en passant par La Démocratie congolaise brûlée au pétrole).

[...]

Liens

Captcha: