Postures de lecteurs

Postures de lecteurs : observations à la Bpi

 « Tout commence, dans l’acte de lire, avec le corps (...) Avant même qu’un texte puisse être reconnu et compris, du sens est déjà là, engagé par la position physique du lecteur, l’espace où il exerce, et les perceptions qui l’assaillent. » (PEREC, Esprit, janvier 1976, p. 10). 
Pour nombre de personnes enquêtées à la Bpi, le domicile reste le lieu privilégié de la lecture de loisir, ne serait-ce que parce que « chez moi, je peux m’allonger sur le lit, sur le canapé pour lire. »  Le mobilier mis à la disposition des lecteurs dans la bibliothèque induirait, semble-t-il, des postures trop contraintes, plus propices à la lecture studieuse qu’à la lecture de détente. En se promenant dans la bibliothèque armée de son carnet de croquis, Edith Mercier a pu néanmoins observer différentes manières de s’approprier les lieux et dresser, à la manière de Georges Perec (PEREC, « Lire : esquisse socio-physiologique » in Esprit, janvier 1976. Republié in Penser / Classer Hachette), un début d’inventaire des diverses postures adoptées dans les espaces de lecture. Ses croquis montrent un rapport naturel qui s’instaure entre le corps et le livre, et non pas seulement entre l’oeil et la page. Ici, le corps illustre sa lecture, peut-être plus que dans l’intimité, car il peut être incité, dans un lieu public à s’affirmer, à signifier sa fonction ou son action.

 

En un clin d'oeil

Objectif de l’étude : Observation des pratiques de lecture à la Bpi, du point de vu des postures du corps des lecteurs. Quel est le rôle du corps dans la lecture ? Que révèlent ces postures sur le lecteur et sa lecture ? Comment les lecteurs dialoguent-ils avec la bibliothèque par leur posture?
 
Méthodologie : 
  • Observation des postures des lecteurs à travers une quarantaine de croquis commentés. Hypothèse initiale de Françoise Gaudet sur le besoin d’appropriation qu’exige la lecture de divertissement, ou lecture-plaisir. Association des lieux et des postures de lecture : les tables de lecture, les rayonnages, les couloirs. Classification des types de lecture associés à une analyse de l’activité de lecture elle-même.
 Principaux résultats :
  •  A travers les croquis se dresse une typologie des postures de lecture. La posture du lecteur témoigne d’une appropriation personnelle de l’espace. 
  • L’étude du corps lisant amène à une étude de la lecture. Si la lecture sur table parait la plus studieuse, la lecture dans les rayonnages et la lecture de couloir sont aussi des pratiques courantes. 
  • La lecture en mouvement est possible, trois membres du corps sont particulièrement mis à contribution : les mains, les jambes et le torse.

Liens

  • Pour accéder à cette étude dans son intégralité, cliquez ici.
  • ​Pour accéder à la synthèse de cette étude réalisée par Edith Mercier sur le site du BBF (Bulletin des Bibliothèques de France), cliquez ici
 
Captcha: