0   Commentaires
Analyse
Appartient au dossier :

Syrie : arts graphiques et photographie

Designers et photographes se sont mobilisés dès le début du conflit. Ils manifestent leur engagement par une grande créativité et un réel esprit d’innovation dans l’exploration de nouveaux moyens d’expression dédiés à la révolution. La page Facebook "Le peuple syrien connaît sa voie" publie régulièrement affiches et photographies.

Graphistes

Solidaires du soulèvement populaire, ces jeunes artistes ont choisi de mettre tout leur talent au service de la révolution, qu’ils soient en exil ou en résistance dans leur pays. Ils traitent à travers leur art de thèmes difficiles comme les bombardements, la torture ou la mort. Largement diffusées sur le Net, leurs oeuvres, visibles et partagées par le plus grand nombre, accompagnent le mouvement révolutionnaire.

Ahmad Ali

Affiche la révolution syrienneAffiche avec traces de pas ensanglantés
Ahmad Ali est un jeune artiste syrien, diplômé en 2007 de l’Université de Damas et spécialisé dans les arts visuels : art optique, photographie, art vidéo. Il vit actuellement à Paris.

Wissam Al-Jazairy

Affiche intitulée les Rapatriés
Les rapatriés
gouache couleur

Wissam Al-Jazairy  est né en 1990 dans le fameux quartier d'Al-Midane à Damas. Il a fait des études de dessin numérique et de design à la Nouvelle Université de Bulgarie d'où il est sorti diplômé en 2010. Il vit et travaille à Damas.
"C'est après la prise d'assaut de la mosquée Al-Omari à Deraa, en avril 2011, que j'ai décidé de travailler pour la révolution. J'ai voulu recourir à la métaphysique pour exprimer mes idées afin de toucher l'inconscient, plutôt qu'au dessin politique traditionnel et ordinaire."

Fares Cachoux

Affiche Le massacre : Bachar al-Assad et ses victimes
Al-Houla : Le massacre
Bachar al-Assad et ses victimes se rencontrent pour un face à face dérangeant.
Homs porte la Syrie sur son dos et monte avec elle, péniblement mais sûrement, les marches de la liberté.
Homs
Homs porte la Syrie sur son dos et monte avec elle, péniblement mais sûrement, les marches de la liberté.



Fares Cachoux est un jeune graphiste franco-syrien, originaire de la ville de Homs (Syrie). Il a étudié l’Art numérique à Paris, où il a obtenu, en 2009, un doctorat en communication visuelle. Il réside aux Émirats Arabes Unis.


Sulafa Hijazi

Visuel de l'affiche- sans titreStop the killing
Sulafa Hijazi est une jeune et talentueuse artiste syrienne née en 1977 à Damas. Diplômée du  Higher Institute of  the Dramatic Arts de Damas, elle s’est spécialisée dans les arts visuels. Illustratrice, elle est également auteur et productrice de séries d’animation à la télévision et dans d’autres médias. Elle a obtenu de nombreuses récompenses internationales. Elle vit et travaille à Damas.

Khalil Younes

Affiche sans titre
sans-titre
The Hyena
La hyène


Khalil Younes est né à Damas en 1971. Après des études à la Hartford Academy of the Arts, dont il obtient, en 2002, le premier prix de design, il étudie les techniques multimédias au Manchester Community College. Sa première exposition a lieu à l’Ishtar Gallery de Damas en 2006. Il vit actuellement aux Etats-Unis.
  • A consulter sa page Facebook où l’on peut trouver son oeuvre dédiée à la révolution syrienne.

Mouneer Al-Shaarani

calligraphie : Non
La liberté - oeuvre offerte à la révolution
calligraphie
Non - oeuvre offerte à la révolution


Le grand calligraphe syrien Mouneer Al-Shaarani, né en 1952, a participé à de nombreuses expositions au Moyen Orient et en Europe. Auteur d’ouvrages de pédagogie de la calligraphie et de critique d’art, il reste l’une des figures les plus originales de la peinture calligraphique.
 

Photographes

Trois grands photographes pour la magnifique réalisation de trois grands projets photographiques : "A small group of syrians", portraits d’artistes engagés dans la révolution par Jaber Al-Azmeh, "El Habit" (L’éboulis), dix ans d’immersion par Mohamad Al-Roumi dans ce quartier populaire de Damas en haut du mont Cassioun, "Silence à Damas", série dans laquelle Nassouk Zaghlouleh recrée avec finesse et acuité l’atmosphère captivante de la ville.

Jaber Al-Azmeh

Photographie appartenant à la série wouds
photographie appartenant à la série wounds
photographie appartenant à la série wounds
photographie appartenant à la série wounds


Né à Damas en 1973, Jaber Al-Azmeh décide de consacrer sa carrière à la photographie en 1998, deux ans après l’obtention de son diplôme à l’Université de Damas. Très engagé artistiquement dans le mouvement qui déchire son pays, il vit en exil au Qatar. 
A small group of Free Syrians : ce projet photographique utilise l’un des principaux symboles du pouvoir syrien : le Ba’ath Newspaper pour en détourner la signification. Chaque participant a été invité à écrire sur ce journal présenté à l’envers quelques mots symbolisant ses aspirations révolutionnaires.

Mohamad Al Roumi

photographie sans titre
Photographie tirée de la série El Habit
photographie sans titre
Photographie tirée de la série El Habit



Mohamad Al Roumi, l’un des plus grands photographes syriens, est né en 1945 à Alep. Diplômé des Beaux-Arts de Damas, de l’Université de ParisVIII et de la Fémis, il se destine à la photographie dès les années 1970. Il participe régulièrement à des missions photographiques et archéologiques. Il vit désormais en France mais séjourne très souvent en Syrie.
  • A consulter à la Bpi sur les ordinateurs, son film Bleu-gris, 2004, 23 minutes, son profil Facebook et sur le site de la galerie Europia, la page consacrée au projet "El Habit".

Nassouk Zaghlouleh

photographie en noir et blanc
Silence à Damas
Encore : Silence à Damas

                                             
Nassouh Zaghlouleh est né à Damas en 1958. Amoureux de la photographie depuis son plus jeune âge, il fait des études aux Beaux-Arts de Damas, et se perfectionne à l’ENS des Arts Décoratifs de Paris dont il sort diplômé en 1987.


Dis Non !

photographie couleur : Non au mensonge mosaïque de photographie


Dis Non ! est un mouvement sur Facebook né d'une idée simple, il suffit de prendre une photo en faisant avec son corps ce signe  ل qui signifie Non en arabe, et de préciser à quoi vous voulez dire non.

Banderoles et graffitis


Les banderoles de protestation à Kafranbel

banderole Banderole

À Kafranbel, la révolution syrienne est racontée par ses banderoles
Dès le début de la révolte, les habitants de Kafranbel, petit village du nord de la Syrie, ont choisi les banderoles comme support leur permettant d’instaurer un dialogue permanent avec l’extérieur

 


 
Captcha: