Et la vie


De Marseille à Longwy, de Roubaix à Genève, des jeunes, des sidérurgistes, une sage-femme et bien d’autres encore, parlent d’eux et de ce qui les a faits, d’un monde perdu et d’une vie à s’inventer. « En faisant mille kilomètres pour aller d’un individu à un autre, Gheerbrant retisse du lien, reconstruit des ponts, recrée du commun. C’est là le cœur de son œuvre : le cinéma est pour lui un art qui intrinsèquement fabrique du commun. » (Patrick Leboutte)