Eux et moi/Le Ciel dans un jardin


Eux et moi
Tourné en coulisses, du point de vue d’une caméra subjective, ce film raconte les relations ambiguës et les négociations d’épicier de l’ethnologue avec les gens de son village. « Invisible mais absolument présent, Stéphane Breton, depuis le hors-champ, nous invite à partager un sentiment rare : celui d'être totalement étranger. » (Pascal Catheland, Tënk)

Le Ciel dans un jardin
C’est le dernier voyage, nostalgique et contemplatif, de l’ethnologue en Nouvelle-Guinée. L’œil y est attiré par l’intimité des choses. C’est un film sur le temps qui coule […]. « J’essaie de faire des films qui donnent très peu d’informations, mais offrent un espace-temps, une atmosphère, une émotion. Tout ça, on ne l’attrape que si on reste longtemps sur place. » (Stéphane Breton)