Si bleu, si calme


Le monde intérieur de la prison. Comment résiste-t-on à la privation de liberté ? Sachant qu'un détenu ne peut pas se regarder en entier dans un miroir, qu'il peut d'ailleurs à peine bouger, comment le 24 images par seconde peut-il s'en dépêtrer ? […] Eliane de Latour a trouvé la sortie : elle filme la prison comme une compression de « cellules photographiques ». (Emmanuel Poncet, Libération)