Un, parfois deux


Laurent Achard, cinéaste de fiction reconnu mais dont c’est le premier documentaire, observe la mécanique vecchialienne en silence et pose discrètement la question essentielle de la place du cinéaste - celle de Vecchiali, la sienne propre - : d’où je regarde, d’où je construis (et parfois déconstruis) le monde.