Une veste tranquille


À 26 ans, Roman ne parle toujours pas : il est autiste. Dans le foyer spécialisé du Jura Suisse où il vit, son tuteur l’initie aux métiers de la forêt, Roman exprime le désir de posséder une « veste tranquille », qui l’aiderait à débarrasser le monde de ses préjugés, le protégerait des dangers qui l’entourent et contribuerait à l’apaiser.