Des journées entières dans les arbres


Une vieille dame rentre d'Afrique où elle a fait fortune pour retrouver à Paris son fils qu'elle n'a pas vu depuis cinq ans, avec l'intention de le ramener avec elle. Une petite troupe se forme, entre la mère dont la raison défaille, le fils de cinquante ans, inactif, et son amie, compagne au statut indéterminé, enfant de l’assistance publique, sotte et sans éducation.
 
« C’était d’abord un livre, ensuite une pièce de théâtre et maintenant un film. Le problème pour moi c’était la déthéatralisation du jeu des comédiens. Réintroduire le silence dans la narration, des temps, des temps qui n’y étaient pas.
Au départ, quand je l’ai écrit, c’était ma mère avant tout. La mère du Barrage contre le Pacifique et la mère des Journées entières dans les arbres, c’est elle, c’est ma mère, qui a régné sur une très grande partie de ma vie. »
Marguerite Duras, 15 novembre 1976