La musique adoucit-elle les relations internationales ?


Daniel Barenboïm aujourd'hui devant ses instrumentistes arabes, israéliens et palestiniens de l’orchestre du Divan. Rostropovitch jouant Bach sur son violoncelle devant le Mur de Berlin en 1989. Comment l’artiste justifie-t-il son action ? En retour, comment les États ou les organisations intergouvernementales élaborent-ils des diplomaties musicales et avec quelle portée ? La musique est-elle un langage universel ou bien un instrument d’influence voire de Realpolitik ?