Feel Good games : les jeux qui font du bien


Roger Caillois explique dès 1958 dans son essai Les jeux et les hommes que le jeu est une activité volontaire qui propose éventuellement de surmonter un obstacle, obstacle au demeurant inutile. Et, effectivement, rien ne nous y oblige, alors profitons de ce moment improductif par essence, ne créant rien, hormis de la détente et du plaisir.