Baxter, Véra Baxter


L’histoire  est celle de Véra Baxter, femme de Jean Baxter, homme riche et omniprésent malgré son absence totale à l’écran. Dans une villa à Thionville sur Mer, à la saison morte, Véra Baxter, abandonnée et trompée se confie à l’ancienne maîtresse de son mari volage : comment il l’a abandonné et payé un jeune homme pour être son amant, le désespoir dans lequel elle vit.      
Tout le film est rythmé par une musique sud-américaine qui ne cesse jamais. Cette musique, censée provenir de l’extérieur de la villa, semble être intrinsèquement liée à Vera Baxter.
 
« Pour moi, cette musique qui sort de Thionville c’est la musique Vera Baxter. Cette turbulence extérieure, ce bruit d’orage, de vent, ce bruit primitif c’est le bruit peut être que fait la vie de cette femme (…) cette femme fidèle, cette femme des premiers âges. »
Marguerite Duras, 9 mai 1977