Ligne d'horizon : Bibliothèques sans frontières

De Ligne en ligne n°10 - Janvier à avril 2013

© BSF JE LIS, TU LIS, IL LIT, NOUS EXISTONS BSF ligne d’horizon: Apporter sa pierre à la construction d’un monde aux cultures plurielles, voilà le credo de BSF, dont se fait l’écho son directeur, Jérémy Lachal 11 Parlons du don de livres… Le don de livres est un problème lorsqu’il constitue une fina- lité. En général, quand une bibliothèque désherbe, ce sont des bouquins obsolètes ou en mauvais état, qui ne correspondent pas plus à une bibliothèque française qu’à une bibliothèque d’un pays du Sud: inutile donc de les envoyer. Les Africains appel- lent d’ailleurs cela « les dons container ». Non seulement ils sont Photo Florian Leroy © Bpi inadaptés, mais en plus, ils mettent en danger les éditeurs locaux et engendrent une forme de dépendance. C’est le même phénomène que pour l’aide alimentaire, lorsqu’elle détruit l’agri- culture locale. C’est pourquoi nous préférons demander aux bibliothèques, quand elles en ont la possibilité, d’organiser des « biblio-braderies » au profit de BSF. Ces ventes solidaires per- mettent d’acheter des livres aux éditeurs locaux, et ainsi de Comment est née Bibliothèques Sans Frontières? faire vivre la filière du livre. BSF est née d’une rencontre, celle entre Patrick Weil, historien N’est-il pas indécent d’arriver avec des livres quand des popu- et directeur de recherche au CNRS et moi-même, jeune diplômé lations ont faim, quand elles n’ont plus rien? de Sciences Po. Patrick entendait fréquemment des témoignages d’étudiants qui lui confiaient l’importance que les bibliothèques Les livres ne sont pas superflus, ils accompagnent les avaient dans leur parcours. L’absence de bibliothèques universi- reconstructions psychosociales et les processus de guérison. taires dans leur pays avait amené certains à venir en France pour D’aucuns disent que la culture, ce n’est ni de l’urgence ni du déve- leurs études, d’autres avaient appris à lire dans les bibliothèques loppement. Les bibliothèques apportent pourtant beaucoup de leur village ou dans des Instituts français: pour tous, les biblio- dans les deux types de situation. Elles apportent également thèques étaient des tremplins. Pour ma part, je m’étais intéressé un accès sûr à l’information. Dans les cas de conflits ou de à la question de l’accès au savoir et je m’étais rendu compte que catastrophes graves, par exemple, les gens qui sont au centre de le don de livres ne suffisait pas, qu’il fallait aller au-delà. C’est de l’actualité en savent beaucoup moins qu’une personne bran- ces deux approches qu’est née Bibliothèques Sans Frontières. chée sur CNN à l’autre bout du monde. J’ai rencontré des gens suite 1 Désherber, dans le jargon des bibliothécaires, signifie éliminer des livres obsolètes ou abîmés, afin d’assurer le renouvellement de la collection mise à la disposition du public.


De Ligne en ligne n°10 - Janvier à avril 2013
To see the actual publication please follow the link above