Page 32

De Ligne en ligne n°10 - Janvier à avril 2013

d’hommes ou de femmes évoquant simplement, et à visage L’une des caractéristiques du PaCS est son universalité, découvert, leur engagement mutuel. Pour le sociologue Éric qui correspond au principe d’égalité entre les citoyens porté Fassin, ce débat marque le moment d’une « inversion de la ques- par l’idéal républicain. Et de fait, les couples hétérosexuels se sont du pacs au mariage pour tous tion homosexuelle » en France, puisque l’on serait alors passé d’une très vite approprié ce nouveau dispositif juridique, souvent situation où la plupart des homosexuels n’osaient pas s’affirmer perçu comme une sorte de « mariage à l’essai » − au point que en tant que tels dans l’espace public à une situation où il n’est les PaCS liant des couples hétérosexuels sont devenus très lar- plus accepté socialement d’exprimer publiquement son mépris gement majoritaires. des homosexuels. Le terme encore récent d’« homophobie » Mais pour les organisations LGBT, le PaCS n’était pas (qui date de la fin des années soixante-dix) entre à cette occa- conforme aux stricts principes de l’égalité et de l’universalité répu- sion dans le vocabulaire courant. Il fera l’objet d’un dictionnaire blicaines: ce qu’elles revendiquaient, c’était l’ouverture du spécialisé publié quelques années plus tard aux Presses mariage civil à tous les couples, avec les droits afférents – dis- Universitaires de France. positions adoptées, depuis, dans différents pays européens: lire, écouter, voir: Pays-Bas, Belgique, Espagne, Portugal… La société française divisée? Aujourd’hui, l’opposition au projet d’ouverture du mariage 32 à tous les couples reprend une partie des arguments anti-PaCS, mais elle développe aussi une autre ligne d’argumentation. Certains opposants rappellent la dimension religieuse du mariage et insistent sur la condamnation de l’homosexualité par les grandes religions monothéistes. Mais l’opposition se structure essentiellement autour des questions de filiation et sur la possibilité ou non pour les couples homosexuels d’élever des enfants. Cette dernière position rencontre beaucoup plus d’échos, y compris dans les rangs laïcs de la majorité présidentielle. Ainsi la philosophe Sylviane Agacinski insiste-t-elle sur la « nécessité anthropologique » pour l’enfant d’avoir deux parents de sexes différents. Or, la stricte égalité et l’ouverture du mariage à tous les couples entraîneraient nécessairement la possibilité pour les couples homosexuels de devenir les parents d’un enfant adopté, puisque c’est un droit accordé aux couples mariés. Un sondage réalisé par l’IFOP pour Le Monde montre que dans la société française, les inquiétudes ne portent pas tant sur la question du mariage que sur celle de l’adoption. Ainsi, 65 % des personnes sondées se disent favorables au mariage homo- sexuel. Le regard sur l’homosexualité a aussi beaucoup évolué Faujour - Iconovox depuis trente ans, puisque l’on est passé de 54 % d’opinions plutôt positives en 1986 à 87 % en 2012. L’adoption du PaCS a repré- senté une étape importante dans ce processus d’acceptation de l’homosexualité.


De Ligne en ligne n°10 - Janvier à avril 2013
To see the actual publication please follow the link above