Venez ! - Philippe Djian

De Ligne en ligne n°10 - Janvier à avril 2013

HORS CODES: PHILIPPE DJIAN Il le répète courtoisement depuis trente Philippe Djian ans, citant Céline: « des histoires, il y en a plein la vie et les journaux et je n’écris pas des histoires… ». Dans ses livres, il y a de la vie et de la littérature. Pas des histoires. D.R. Philippe Djian est un auteur inclassable. venez! 34 Au début… Dans Le Figaro, Angelo Rinaldi l’a qua- Pour cela, on le dit plus écrivain améri- Au début, Djian habitait Fitou, dans lifié d’« Henry Miller des salles de baby- cain que français. Ce n’est d’ailleurs pas en l’Aude. Il passait autant de temps avec une foot » tandis que Yann Moix l’assassinait: France qu’il trouve ses lectures personnelles, pioche et un pinceau à la main qu’avec des bibe- « Philippe ne régresse pas dans le moyen: il mais plutôt aux États-Unis, où beaucoup rons, ou des casseroles, ou une guitare, et il progresse dans le nul ». Pierre Lepape, dans d’écrivains, à ses yeux, ont changé la littéra- écrivait dans des cahiers, pour sa femme et ses Le Monde, le classait parmi les grands: « son ture. Dans Ardoise, Djian évoque sa dette amis. Ses livres, des sortes d’OVNIS publiés style est une morale, une manière de com- envers Salinger, Céline, Cendrars, Kerouac, dès 1981, ont bouleversé l’ordre établi de la lit- prendre le monde et d’agir sur lui » et dans Melville, Miller, Faulkner, Hemingway, térature française. Longtemps, Djian s’est L’Événement du jeudi, Jérôme Garcin s’écriait Carver et le précieux Brautigan… tenu éloigné du milieu littéraire et média- « Djian, tu es le plus grand! » tique. Il n’a rencontré son premier éditeur Djian a aujourd’hui soixante-deux ans, Pas d’histoires, pas de lieux. Pas de plan. qu’après trois livres et trois années… il est deux fois grand-père, il a publié une ving- En 2012, avec la sortie de « Oh… », qui Tellement secret qu’il fallait l’inventer, taine de livres sous l’étiquette « roman ». lui a valu le prix Interallié, Djian a pu redire Djian est alors devenu un mythe: un écri- Écrivain tout à la fois populaire et étudié à que les histoires et les personnages, sur les- vain rock, un peu scandaleux. On lui a prêté l’université, il fédère déjà plusieurs généra- quels les journalistes toujours s’attardent, les excès des personnages de ses livres. On tions de lecteurs. il s’en fichait absolument. « Ce qui doit faire méconnaissait l’homme. avancer un livre, ce n’est pas l’histoire, mais Né à Paris en 1949, il a fui le poids de la Ses lecteurs et ses lectures le rythme de l’écriture. Comparons le rythme France bourgeoise des Trente Glorieuses. Il Depuis longtemps, il ne fuit plus les au courant d’une rivière et l’histoire au pay- a fait des études de journalisme et des petits entretiens et les festivals, mais jamais il ne fait sage défilant sur les rives. Lorsque le courant boulots pour voyager (aux USA). Après des dédicaces en librairie ni ne répond aux s’arrête, tout se met à pourrir 1. » quelques réussites de pigiste, il a choisi de vivre courriers. Il pense que la relation avec le Pas de topographie, de lieux définis et loin de Paris et d’être écrivain. Un écrivain avec lecteur est intime, de l’ordre d’une relation identifiables. Pas de personnages aux psycho- femme et enfants, la même femme depuis amoureuse. logies préétablies, ni de logique d’intrigue, de quarante-trois ans. Il vit aujourd’hui beaucoup Ses lecteurs, Djian leur fait du bien. Il ne cohérence dans la construction. à Biarritz, et à Paris le moins possible. les prend jamais en traître, ne les manipule Pourquoi écrire? Pour découvrir quelle pas. Derrière son clavier, il mesure l’invrai- part d’eux-mêmes « ses personnages » vont « Djian, tu es le plus grand! » semblable chaos de la vie contemporaine. réussir enfin à comprendre. Et quelle part de Phénomène extrême et unique dans la Rien n’est sacralisé. Il a toujours écrit en lui-même… production contemporaine, Djian est le seul laissant la porte ouverte sur la vie familiale, écrivain « star » (depuis le film tiré de son livre sans se couper de la réalité qui l’entoure. 37°2 le matin), que la critique dans le même temps éreinte et porte aux nues. 1 Philippe Djian revisité, Les Flohic éditeurs, 2000


De Ligne en ligne n°10 - Janvier à avril 2013
To see the actual publication please follow the link above