Page 14

De Ligne en ligne n° 14 - Avril à septembre 2014

14 dossier : Jeux vidéo, l’art aux manettes Mais tous les jeux ne proposent pas à l’utilisateur de découvrir une histoire préétablie. Le level contient alors des mécanismes qui permettront au joueur de produire une histoire singulière à chaque partie, un peu comme un enfant ayant un certain nombre d’ustensiles dans un bac à sable. Le jeu Minecraft est certainement actuellement le plus emblématique de ce genre de procédés, où des millions de joueurs incarnent une sorte de Robinson Crusoé devant transformer son environnement, pour survivre mais aussi pour s’exprimer. Un bon gameplay C’est finalement une autre caractéristique esthétique du jeu vidéo que l’exemple précédent met en relief. Les jeux vidéo offrent un univers simulé et régi par des règles, dont la découverte et la prise en main constituent le coeur de l’expérience Doom, que l’on peut traduire par « damnation», est un jeu vidéo de tir subjectif développé et édité par id Software en 1993. Il est considéré comme l’un des titres majeurs de ce type de jeu vidéo. du joueur. Le terme de gameplay, spécifique au domaine et souvent mobilisé comme critère d’appréciation d’un bon jeu par les joueurs, renvoie à cette dynamique de découverte des règles dans l’action de jeu. Il distingue d’ailleurs à la fois les jeux vidéo des autres médias mais aussi des jeux tradition-*À voir : Les vidéos de Sébastien Genvo sur les théories du jeu vidéo http://www.youtube.com/user/SebastienGenvo Minecraft, développé par Markus Persson, met à la disposition du joueur des blocs de matériaux pour modifier et créer un univers avec une grande liberté. nels. Impossible de jouer aux échecs sans en avoir appris les règles par avance. En revanche, le numérique laisse la possibilité au joueur, même s’il ne connaît pas les règles, de les découvrir et de les apprendre par essais / erreurs selon ce que la machine lui permet (ou non) de faire. L’ensemble des jeux vidéo ayant marqué l’histoire du médium, de Super Mario Bros. à World of Warcraft en passant par Doom, s’approprie cette caractéristique de façon singulière. Mais pour mieux la comprendre – plutôt que d’énumérer des exemples dont on aurait bien du mal à définir les critères de sélection, tant le gameplay est central dans toute expérience vidéoludique – nous ne pouvons qu’inciter le lecteur à saisir sa manette (ou sa souris) et à s’interroger sur le rôle du gameplay dans l’intérêt qu’il va éprouver à l’égard du jeu qu’il prend en main. En somme, press start to continue… Sébastien Genvo, maître de conférences à l’Université de Lorraine et auteur de Le Jeu à son ère numérique, comprendre et analyser les jeux vidéo, L’Harmattan, 2009. cc-nc-Reverzed- flickr cc-Kenming Wang-flickr


De Ligne en ligne n° 14 - Avril à septembre 2014
To see the actual publication please follow the link above