Webdoc : la mise en "je" des points de vue

De Ligne en ligne n° 14 - Avril à septembre 2014

venez ! WEBDOC : LA MISE EN « JE » DES POINTS DE VUE 30 venez ! : Webdoc : la mise en « je » des points de vue Singulier pluriel, le webdoc tisse sa toile Vendredi 23 mai et samedi 24 mai Rencontres et projections organisées par la Bpi/Le Blog documentaire/ Images en Bibliothèque Carte blanche à Simon Bouisson Samedi 24 mai à 18 h Cinéma 2 programme complet de la manifestation sur www.bpi.fr Avec le webdocumentaire, Internet semble avoir trouvé son format original de mise en perspective de l’information. Simon Bouisson a déjà exploré beaucoup de possibilités offertes par ce nouvel objet multimédia. Une rencontre avec lui permet une réflexion sur la convergence de différents univers : cinéma documentaire, fiction, jeu vidéo… Musicien, Simon Bouisson désirait s’orienter vers le cinéma. Il l’aborde logiquement par la bande-son, à la Fémis. Mais la première année de tronc commun lui donne le goût de la réalisation. Parallèlement, il développe des sites Internet, car il est aussi infographiste. C’est donc tout naturellement qu’il trouve le médium de son projet de fin d’études  : ce sera un webdocumentaire. La révélation du transmédia Coup d’essai, coup de maître  ! Les Communes de Paris, déambulation francilienne à travers les points de vue de vingt-quatre personnages d’horizons très différents, rencontrent immédiatement le succès. Simon Bouisson est séduit par la liberté que lui donne cette nouvelle forme de narration, délinéarisée. Il peut agencer autant de films qu’il le souhaite, de longueurs variables, selon des solutions graphiques très riches en possibilités. Et la diffusion sur la Toile lui fait rencontrer d’emblée un public beaucoup plus large que ne l’aurait permis une série de projections de son court-métrage de fin d’études. Mais si ce sont la facilité d’accès et la visibilité du support qui ont d’abord attiré le jeune cinéaste, la conception d’une timeline, qui permet l’interactivité adaptée au sujet traité, le stimule d’une façon inattendue. Son deuxième opus, Simon Bouisson le coécrit avec Olivier Demangel, rencontré à la Fémis. Intitulé Jour de vote, ce webdoc invite l’internaute à se mettre dans la peau d’un député à l’écoute des arguments de la droite et de la gauche. À la fin de la journée, il faut voter une loi fictive – alternative à Hadopi ! – au sein de l’hémicycle. Après Mission printemps, expérience de science collaborative produite par Arte, et Tour en tête, découverte des archives radiophoniques du Tour de France, le projet Stainsbeaupays voit le jour et permet à des jeunes de la Seine-Saint- Denis de s’emparer du format webdoc pour se raconter. Un fil d’Ariane pour mieux délinéariser Simon Bouisson constate, au fur et à mesure de son expérience, qu’une moitié des internautes recherche moins l’interactivité qu’une navigation fluide soutenue par une progression proposée « clés en mains », c’est-à-dire de façon plus passive, plus… linéaire. Il est intéressant d’observer que la création sur Internet, si elle permet une liberté de navigation pour l’internaute, renoue avec la nécessité de proposer une linéarité par défaut, en quelque sorte, comme si une partie du public désirait rester à sa place de spectateur. On se souvient de la formule de Daryl Zanuck, célèbre producteur de la grande époque de Hollywood  : «  le public veut trois choses  ; une bonne histoire, une bonne histoire, une bonne histoire. » Et après le cubisme et la déconstruction narrative, l’informatique qui commence par l’échantillonnage, c’està dire par la réduction de l’information en particules élémentaires que sont les bits, est peut-être paradoxalement le vecteur qui nous conduit à reconstruire du sens en organisant de nouvelles connexions.


De Ligne en ligne n° 14 - Avril à septembre 2014
To see the actual publication please follow the link above