Page 31

De Ligne en ligne n° 14 - Avril à septembre 2014

31 venez ! : Webdoc : la mise en « je » des points de vue Fin Images extraites de Stainbeaupays et de Tour en tête Actuellement, l’évolution de la création numérique tend vers la convergence du webdoc et du jeu vidéo, convergence dont Fort McMoney est un exemple spectaculaire. Proposer un parcours sous la forme d’une enquête à mener avec un gain symbolique en cas de succès permet de fidéliser l’internaute qui, par nature, est un « serial cliqueur ». De l’interactivité à la responsabilité Simon Bouisson réfléchit avec Olivier Demangel à des façons de valoriser l’invention d’un tel parcours, où l’internaute-joueur-spectateur est reconnu comme co-créateur d’une instance d’un jeu des possibles. Se dessinerait-il sur le web l’esquisse d’une responsabilisation du consommateur d’information qu’est devenu le citoyen « moderne » ? Le rapport au documentaire est lui aussi réinterrogé. On s’affranchit ici des canons du cinéma direct. Dans le triangle sujet observé, auteur observant, et spectateur interactif, les luttes d’influence pour construire un discours sur le réel deviennent un jeu où les places ne sont plus aussi fixes. Même si, lors de la conception, les auteurs mettent toujours en place une stratégie qui sera décisive pour permettre l’intelligence des regards respectifs. Ainsi, le nouveau projet de Simon Bouisson et d’Olivier Demangel sera entièrement mis en scène pour rendre compte des bizutages lors des week-ends d’«  intégration  » dans les grandes écoles. Les deux auteurs ont imaginé une timeline «  temps réel  » où, en 25 minutes, l’internaute aura le choix entre différents flux vidéo disponibles. Comment se comportera le visiteur  : en voyeur trash, ou en gardant une morale en tant que spectateur ? Ce sera un docu-fiction interactif, où les concepteurs auront privilégié un certain type de parcours. Celui qui cherche la vérité se verra gratifié d’un supplément d’information, alors que celui qui se sera «  perdu  » dans le voyeurisme ne comprendra pas les tenants et les aboutissants du week-end. L’interactivité, on le voit, n’est donc plus seulement une fonctionnalité amusante et commode, mais peut devenir une invitation pour l’internaute à prendre conscience de sa responsabilité dans la fabrication de l’information, en devenant capitaine de sa navigation. Alors, on se fait une toile ? Oui, en tissant des liens… D’après les propos de Simon Bouisson, recueillis par Lorenzo Weiss avec l’aide de Jérémie Desjardins, Bpi Qu’est-ce qu’une timeline ? À l’origine frise chronologique, la timeline dans un webdocumentaire est la clé de l’interactivité. C’est elle qui organise pour l’internaute le dispositif de progression dans les documents proposés. Les possibilités créatives sont nombreuses et font sens. Ainsi, Stainsbeaupays présente un cadran cliquable sans début ni fin, qui permet de mettre tous les personnages sur un pied d’égalité. Pour Les Communes de Paris, la timeline était géographique : les liens entre les séquences étaient les chemins réels entre les différents lieux de tournage. Dans le prochain projet de S. Bouisson et d’O. Demangel, une timeline « temps réel » opèrera à la façon d’un compte à rebours. Les choix que devront faire les visiteurs acquerront ainsi une forte densité de responsabilité. À voir : Les webdocumentaires de Simon Bouisson http://www.photosim.fr/ © Camera Lucida, INA, Radio France © narrative, France TV nouvelles écritures


De Ligne en ligne n° 14 - Avril à septembre 2014
To see the actual publication please follow the link above