La mémoire Aviv

de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015

rétrospective LA MÉMOIRE AVIV Nurith Aviv a travaillé avec les plus grands cinéastes. Pour de ligne en ligne, certains évoquent leur rencontre avec elle et leur collaboration. Amos Gitaï, cinéaste   « Nurith est brillante, intelligente, c’est une intellectuelle, c’est pour moi la meilleure raison de (vouloir) travailler avec quelqu’un, pour apprendre l’un de l’autre et en s’amusant. Elle est également intuitive, très bonne technicienne, elle est au courant des avancées technologiques, et elle est courageuse : que souhaiter de plus ?   Quand je pense à Nurith, cela évoque d’abord un délicieux repas que nous avons partagé à Tel-Aviv en préparant le film Journal de campagne en 1982, puis il y a eu Ananas, en 1984, ou encore Brand New Day, en 1987. » Paul Ouazan, producteur et réalisateur   « Je n’ai pas choisi Nurith, comme elle ne m’a pas choisi. “ Nous nous sommes trouvés ” serait une expression plus exacte. Nos chemins se sont confondus le temps d’un programme de télévision improbable, inconcevable de nos jours et pour tout dire magique. Une émission qui n’était pas à proprement parler une émission définie, répondant à des critères de “ case ” ou de “ cible ”. Non, c’était autre chose. Et c’est autre chose que j’ai proposé à Nurith de faire dans cet espace d’expérimentation sans le souci de parvenir à une “ oeuvre ” aboutie. Ce que nous avons fait avec Nurith dans Die Nacht / La Nuit est le résultat, ce que j’appellerais une façon commune de penser l’image.   Certaines des séquences qu’elle a tournées pour l’émission ont déclenché un processus d’assemblage et de macro-montage du programme. Il faut savoir que Die Nacht n’est pas un magazine de court métrage où les séquences s’enchaînent mécaniquement les unes derrière les autres. C’est un travail de composition entre des séquences très hétéroclites pour essayer de faire émerger un sens général à cette composition.   Quand je pense à Nurith, c’est son visage qui se présente à moi immédiatement. Et, allez savoir pourquoi, il évoque pour moi un paysage israélien et plus particulièrement les paysages de la Galilée du Nord. Je n’ai aucune explication logique à cela. » 10 rétrospective : Nurith Aviv Brand New Day d’Amos Gitaï, 1987 Die Nacht/La Nuit, de Paul Ouazan, 2003 © Agav Films © Atelier de Recherche d’Arte


de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015
To see the actual publication please follow the link above