Page 18

de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015

Bien campée Intéressons-nous à présent aux aspects visuels de cette planche : chez Bretécher, il n’y a pas de gouttière entre les cases – pas d’espace inter-iconique, si vous préférez. Si bien que le dispositif s’apparente davantage à la marelle qu’au gaufrier. Chez Bretécher, il n’y a pas de bulle – pas de phylactère, si vous préférez. Le texte flotte ici nonchalamment au-dessus de la tête du personnage, ou plutôt de son ventre, celui-ci cachant celle-là la plupart du temps. Le sujet de cette énonciation, pour flottante qu’elle soit, ne fait aucun doute : c’est Marylène. Et Marylène campe fermement sur ses positions. C’est du moins ce que laisse entendre la fixité exemplaire de la composition de la page et de chacune de ses cases. Centrée, frontale : la masse noire d’un fauteuil. Assise au mitan de celui-ci : Marylène. Ses pieds frôlent le bord inférieur de la case, la partie supérieure accueillant le texte. Si les six premières cases offrent une rigoureuse décomposition du mouvement de la protagoniste, au fur et à mesure qu’elle s’enfonce dans le fauteuil, les trois suivantes se répètent à l’identique — ou bien forment une itération iconique, si vous préférez. Le contraste créé par la débauche de mouvements des trois dernières cases est d’autant plus efficace. L’économie des moyens mis en oeuvre cache, comme souvent chez Bretécher, une extrême subtilité. Car au-delà de ce qui s’exprime dans les propos de Marylène, dans son attitude — d’abord symétrique, puis dissymétrique, enfin exubérante – il y a ce que disent ses orteils. Dans chacune des cases, ils tiennent un petit discours parallèle. Et surtout dans la neuvième : regardez ce gros orteil gauche qui se cabre sur le mot « aigrie »… Après quoi Marylène peut retrouver ses mains – on ne les avait pas vues jusque-là ; peut se reprendre en mains : mère elle sera, d’accord, mais non sans un léger parfum d’inceste. Jeanne Puchol, dessinatrice 18 dossier : autour de Claire Bretécher Extrait de « Grigri », Les Mères, 1982, Claire Bretécher © Dargaud, 2015


de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015
To see the actual publication please follow the link above