au Centre : Dominique Gonzalez-Foerster

de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015

au Centre DOMINIQUE GONZALEZ-FOERSTER L’EXPOSITION « 1887-2058 », MACHINE À EXPLORER LE TEMPS C’est une rétrospective particulière, qui entraîne loin dans le passé et propulse dans le futur. En réponse à l’invita-tion du Centre Pompidou, l’artiste française Dominique Gonzalez-Foerster a souhaité dilater la temporalité ordi-naire d’une exposition. À la manière des récits et romans qu’elle affectionne. Échange par courriel avec Dominique Gonzalez-Foerster, entre Rio de Janeiro et Paris. Comment avez-vous envisagé la proposition d’une rétrospective au Centre Pompidou ?   D’abord avec une légère inquiétude, parce que je préfère le présent et le futur au passé et que je n’aime pas trop plonger dans mes archives, ni faire des retours en arrière. Mais, après l’exposition l’an dernier « Splendide Hotel » au Palacio de Cristal, à Madrid, pour laquelle j’ai dû voyager dans le temps jusqu’à l’année de naissance de ce bâtiment fantastique, c’est-à-dire 1887, j’ai commencé à trouver une dimension plus excitante dans ce type d’exploration. Il y a un livre de Richard Matheson : Le Jeune Homme, la Mort et le Temps dans lequel le héros réussit à rejoindre un point précis du passé seulement par la pensée et avec un costume d’époque, c’est magnifique. Dominique Gonzalez-Foerster, 1887-2058 du 23 septembre au 1er février 2016 Galerie Sud, niveau 1   Par ailleurs, j’ai déjà fait une exposition « d’anticipation » (« TH. 2058 ») à la Tate Modern de Londres, qui se situait en 2058. Peu à peu est apparue l’idée d’une rétro-prospective étendue, basée sur le temps intérieur aux oeuvres ou au sujet de l’oeuvre plutôt que sur la date de réalisation de l’oeuvre.   Une sorte de timeline est apparue qui est devenue la structure du catalogue, puisqu’il démarre en 1887 et va jusqu’à 2058 et même au-delà. L’exposition est moins linéaire et juxtapose les temps et les espaces de manière assez libre comme certains romans expérimentaux du xxème siècle, Orlando de Virginia Woolf par exemple. 24 au Centre  : Dominique Gonzalez-Foerster Splendide Hotel, environnement, Palacio de Cristal, Madrid, 2014, avec la collaboration du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía © photo : Joaquín Cortés / Román Lores © ADAGP, Paris 2015


de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015
To see the actual publication please follow the link above