Page 29

de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015

horizon des utilisateurs de Daisy écoutent en accéléré car on comprend plus vite qu’on ne lit oralement. De plus, quand on accélère la vitesse de lecture, toutes les afféteries de style de la voix humaine sont gommées. Beaucoup de lecteurs de textes audio préfèrent atténuer ces effets, pour avoir un accès à l’oeuvre moins médiatisé par l’interprète.   Daisy, c’est fait pour lire. D’ailleurs, les personnes qui utilisent ces appareils ne disent pas « écouter » mais « lire ». C’est une modalité d’accès à l’écrit à part entière, tout aussi légitime que les autres. Pour certains, c’est l’unique modalité d’accès ! Elle a des avantages : on peut lire à plusieurs, en faisant son repassage, en se déplaçant.   Ces appareils ont encore d’autres fonctions, comme celle de mettre un repère au sein du texte. Au début, on pensait que cet usage irait avec la seule lecture savante. En fait, c’est une pratique très courante, pour faire écouter un passage à quelqu’un d’autre ou y revenir ultérieurement. Il existe aussi un bouton minuteur pour un usage « somnifère » de l’écrit : écouter, par exemple, quinze minutes de policier avant de s’endormir. Ce bouton en dit long sur notre projet : ce n’est pas un projet moral, c’est un projet technique. Notre travail, c’est l’accès à l’écrit pour les personnes qui ont des problèmes avec la lecture optique. S’ils lisent Proust pour trouver le sommeil, c’est très bien ainsi. L’exception handicap La loi du 1er août 2006 relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information a institué au bénéfice des personnes atteintes d’un handicap une exception au droit des auteurs de s’opposer à la reproduction et à la représentation de leurs oeuvres. Qui utilise Daisy ?   En France, le format est utilisé majoritairement par les personnes empêchées de lire. La loi française définit le cadre de manière très stricte. L’empêchement de lire est reconnu pour des personnes qui ont une carte d’invalidité à 80 % ou le certificat d’un ophtalmologue. Un travail important est fait actuellement avec le ministère de la Culture et de la Communication pour faire évoluer cette définition et l’élargir aux personnes handicapées mentales, dyslexiques, ou tout simplement âgées, comme c’est le cas dans beaucoup d’autres pays. Quelle est l’offre de lecture ?   L’offre commerciale est très restreinte, on compte environ 4 500 livres audio. La bibliothèque Valentin Haüy, elle, produit 13 000 titres en version intégrale, duplicables. Ceux-ci sont enregistrés soit dans notre station de radio avec des donneurs de voix bénévoles, ce qui prend quatre mois environ, soit à partir d’un format numérique avec une voix de synthèse, en 48 heures. On peut ainsi proposer des nouveautés. Si des lecteurs nous réclament un titre, on le met à leur disposition sur Éole, la plateforme de téléchargement accessible aux abonnés de la bibliothèque, ou on le grave à la demande puis on l’envoie par la poste. Le lecteur peut passer sa commande auprès d’un bibliothécaire, et notre accueil téléphonique est ouvert trente-deux heures par semaine. 29 ligne d’horizon : lire avec ses oreilles ➩suite


de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015
To see the actual publication please follow the link above