Vous avez la parole

de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015

vous avez la parole MUSIQUE TACTILE Nouvel outil de création musicale, la tablette numérique ouvre de larges horizons à la pratique de la musique électronique. En collaboration avec l’ATLA, l’école des musiques actuelles, la Bpi a proposé des ateliers, ouverts à tous, de création sonore pour jouer collectivement avec cet « instru-ment  ». Feed-back des musiciens. Antoine, 23 ans Au niveau de la répar-tition des tâches, il y a des similitudes avec un orchestre tradi-tionnel. Il faut que chacun se trouve une identité sonore. Par contre, au niveau du jeu, c’est complète-ment nouveau. Avec une tablette, il faut imaginer un ordinateur et dix souris, nos doigts, à notre disposition. Ça ouvre des possibilités incroyables. Geoffrey, 30 ans Ce n’est pas une obli-gation d’avoir une expérience musicale pour ce genre de for-mation, mais c’est un plus. Je n’ai pas autant de plaisir à jouer avec une tablette qu’avec un instrument. La gestuelle sur une tablette n’est pas très ample. C’est petit, mais on peut quand même bien s’amuser. Louis- Hadrien, 23 ans Depuis peu, j’ai inté-gré une formation de musique électronique 100 % live. Une tablette, c’est un instru-ment à part entière qu’il faut apprendre à maîtriser, à connaître. J’ai tendance à pré-férer mon piano, mais ce n’est pas la même démarche. Avec une tablette, dans le cadre du jeu collectif, si on veut pouvoir s’écouter et avoir une interaction avec chacun, il faut comprendre ce qu’on fait et il faut vraiment exagérer tous les gestes. Tristan, 27 ans Plus qu’une décou-verte, cet atelier a été un appro fondi s - sement. Franchement, j’ai autant de plaisir à jouer avec une tablette qu’avec mon ins-trument de musique. Ça dépend de l’appli-cation mais, avec la tablette, il y a vraiment une liberté qu’on n’ a pas forcément avec un instrument. Le processus de création a demandé beaucoup d’écoute pour com-prendre la personnalité des gens, comment ils fonctionnent musicalement, où ils en sont. Joy, 25 ans C’était assez difficile d’avoir une idée pré-cise de ce qu’on allait jouer. Là, on a abouti tous ensemble à un résultat. Après, si on veut se produire sur scène avec un iPad, il va falloir travailler de son côté tout ce qu’on a appris. Mais on a les éléments nécessaires maintenant pour se débrouiller tout seul. Abdoulaye, 38 ans Une personne lançait un thème, une mélo-die ou une boucle rythmique et, petit à petit, on se greffait dessus. Des binômes se formaient, et l’en-semble créait un tout. La formation m’a permis de découvrir la musique électronique et des artistes que je ne connaissais pas. Propos recueillis par Manuel Cusset, mis en forme par Philippe Berger et Marie-Hélène Gatto, Bpi Fin 3 vous avez la parole : musique tactile photo de Manuel Cusset, Bpi


de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015
To see the actual publication please follow the link above