Venez - Un utopiste de fond, Albert Meister

de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015

venez ! UN UTOPISTE DE FOND : ALBERT MEISTER ET LA CONSTRUCTION DU CENTRE POMPIDOU Lecture de La Soi-disant Utopie Beaubourg D’Albert Meister par Jacques Bonnaffé, accompagné par le musicien André Minvielle Samedi 21 novembre 19 heures, Petite Salle Spécialiste du mouvement coopératif, Albert Meister (1927-1982) était un sociologue de talent. Il est aussi l’auteur de deux livres importants parus à un an d’intervalle dans des registres très différents : L’Inflation créatrice (PUF, 1975) et La Soi-disant Utopie du Centre Beaubourg (Entente, 1976). Sous ce second titre, que l’on peut trouver narquois ou ambigu, se cache un récit frappant d’imagination, inspiré à son auteur par le spectacle qui s’offrait à la fenêtre de son appartement du 30 de la rue Rambuteau : la construction du Centre Pompidou. Dans ce récit parfaitement légitime en tant qu’utopie puisque que le fond de son propos écarte absolument tout exercice d’un quelconque pouvoir, hormis celui de jouir d’un espace, Albert Meister imagine une sorte de tour inversée, profonde de dizaines d’étages, où des communautés autonomes se sont réparti les niveaux. Elles les occupent non en fonction de leur classe sociale ou de leur catégorie professionnelle mais en vertu de leur activité principale. Ainsi les motards disposent-ils d’un véritable champ de course. L’exception Meister Malgré la distance prise par son titre qui laisserait penser que, peut-être, cette utopie urbaniste n’en est pas vraiment une – à une époque, le xxème siècle, plutôt habituée à produire des anti-utopies (dystopies, disent les savants), Albert Meister, qui signe son livre du pseudonyme de Gustave Affeulpin, produit alors quelque chose de très rare, voire d’unique : une utopie à zéro pour cent de contrainte. C’est ce que l’on peut nommer l’exception Meister, puisque même les utopies socialistes, et en particulier celles d’Étienne Cabet, sont des nids à règlements contraignants. Malgré le potentiel remarquable de La Soi-disant Utopie du Centre Beaubourg, son éditeur initial, Entente, n’était pas en 1976 un magnat du marketing éditorial. Plutôt une instance militante dont la production fut assez diffusée cependant pour subsister encore chez les libraires spécialisés dans les ouvrages de seconde main. Spécialisés et malins. C’est là que La Soi-disant Utopie du Centre Beaubourg attendait de reparaître, d’abord à l’occasion de l’exposition « Utopies » de la BnF en 2000, puis dix ans plus tard par les soins des éditions Burozoïque. Comme le rappelle son ami Jacques Vallet, « Albert pariait sur l’intelligence pour changer les rapports entre les hommes ». Et vous verrez que l’on se rendra bien vite compte que cet homme empathique et généreux, cet intellectuel malicieux et plein d’esprit, est un auteur remarquable, digne de figurer au tableau d’honneur des penseurs originaux et bénéfiques. Éric Dussert 31 Fin venez ! : un utopiste de fond Chantier du Centre national d’art contemporain – Georges Pompidou, 1973 © Archives du Centre Pompidou


de ligne en ligne n° 18 - octobre à décembre 2015
To see the actual publication please follow the link above