Venez ! - Joël Pommerat

De Ligne en ligne n°9 - Septembre à décembre 2012

Cycle de rencontres La création à l’œuvre Joël Pommerat entretien avec Christophe Triau Lundi 12 novembre - 19 h Petite Salle JOËL comme un réel « objectif ». Il est toujours prischez lui à ce que l’on désigne généralement dans le champ d’une expérience humaine, c’est- POMMERAT à-dire d’une perception par un ou des sujet(s).Ceux-ci peuvent être tout autant indivi- duels que collectifs, car tout ce théâtre tra- L’ÉVIDENTE entre la conscience individuelle et les ima-vaille autour de l’idée qu’il n’y a pas de scission Joël Pommerat DU RÉEL Photo © Elisabeth Carecchio constitué d’imaginaires sociaux et d’idéolo-ginaires collectifs dont elle participe, pasd’autonomie de la conscience de soi et pasdavantage d’objectivité rationnelle des struc-tures sociales. L’imaginaire social est tra-versé de subjectivité(s) tout comme,symétriquement, le sujet est traversé et COMPLEXITÉ venez! 28 gies – l’idéal libéral de la « réalisation de Ma chambre froide soi » s’avérant être une idéologie comme les autres, tout aussi aliénante. Œuvrant depuis maintenant deux décennies Ces histoires traversées de glissements au sein de sa compagnie Louis Brouillard, ouvrant le champ à l’inquiétude, voire au De la chair et de l’imaginaire Joël Pommerat s’est imposé depuis plu- fantastique, se présentent pourtant sous les « Qu’est-ce qu’un être humain? C’est sieurs années comme une figure majeure aspects d’une relative simplicité. Ce n’est du biologique et de la légende. C’est de la de la scène française. Une figure de l’artiste d’ailleurs pas un hasard si Pommerat s’est chair et de l’imaginaire. Il y a des choses plus aussi consacré, ces dernières années, à des adap- vraies que d’autres, certes, mais la réalité est théâtral « total ». une chose qui se situe aussi dans la tête. C’est,Le Petit Chaperon rougetations de contes ( vités d’auteur et de metteur en scène dans une impliquent de simplicité narrative mais aussi et dans mes pièces.1 »Pommerat associe en effet les deux acti-), avec ce que ceux-cicela que j’essaie de rendre dans mon théâtreCendrillon,Pinocchio même et unique démarche de création, écri- d’inquiétante étrangeté et de portée mythique. Outre le fait que ces questions sont tou- vant ses textes en lien permanent avec l’ex- Contemporaines, les histoires inventées jours thématisées dans les pièces elles-mêmes, périence de plateau et de répétitions, et dans par Pommerat s’imposent comme immédia- les spectacles de Pommerat s’avèrent troués une relation de collaboration fidèle et étroite tement reconnaissables et appropriables par de l’intérieur par des motifs comme le rêve, avec l’équipe artistique qui l’accompagne. les spectateurs dans ce qu’elles portent à la l’hallucination, le fantasme, la projection. En outre, son esthétique singulière s’incarne scène: personnages, sujets, situations, cadres Les perceptions imaginaires internes y conta- dans une maîtrise globale de tous les élé- sociaux – de la bourgeoisie traditionnelle de minent la représentation scénique et, par ments constitutifs d’un univers scénique: le Au Monde aux ouvriers de l’usine « Norscilor » conséquent, la perception du spectateur, texte, la direction d’acteurs, l’identité visuelle des Marchands et aux employés du petit privée de cadres fixes, de repères stables. et sonore. supermarché de Ma chambre froide, en pas- Réalisme ambigu, troublé… On pourrait parler sant par les VRP de La Fabuleuse Histoire de « réalisme fantôme », en reprenant à Sous l’évidence, l’étrangeté du commerce. Pommerat peut ainsi reven- Pommerat la métaphore du membre fan- Le théâtre de Joël Pommerat se révèle diquer, lorsqu’on insiste sur l’étrangeté de tôme qu’il utilise pour désigner une pré- paradoxal, alliant simplicité et complexité, évi- son univers, la banalité des situations qu’il dence et étrangeté. Pommerat est un auteur aborde. qui raconte des histoires sous des formes constamment renouvelées: forme drama- La subjectivité du réel tremble, Cercles/Fictions) sa représentation), n’est jamais réductible Photo © Elisabeth Carecchiopoursuit une seule et même ambition: « capterle réel et le rendre à un haut degré d’intensitéet de force ». Mais le réel (et par conséquentJe), agen-Grâce à mesCar selon ses propres termes, son théâtreMa Chambre froide…), narration rétrospective,Au monde,Les Marchands(cement de plusieurs histoires différentes ( tique plus ou moins traditionnelle ( yeux 1 Joëlle Gayot, Joël Pommerat, Joël Pommerat, troubles, Actes Sud, 2009, p. 69. Pinocchio


De Ligne en ligne n°9 - Septembre à décembre 2012
To see the actual publication please follow the link above