Inretita


INRETITA, performance chorégraphique, s’inspire d’un recueil de poèmes de la Renaissance, les Blasons anatomiques du corps féminin, courtes compositions faisant l’éloge d’une partie du corps. La danse commence avec un corps de femme inerte que l’homme, démiurge ou marionnettiste, va animer, partie après partie.
Tandis que sont lus les « Blasons », INRETITA interroge le désir : qui de l’objet désiré ou du sujet désirant est le prisonnier ?